© ville de Pantin 

Développement économique

Budget 2020

Le budget 2020 confirme les objectifs des précédents : la maîtrise des dépenses de fonctionnement et la poursuite du désendettement afin de garder les coudées franches pour investir dans tous les secteurs.
Article de Frédéric Fuzier, publié dans Canal n°285, janvier - février 2020.

Publié le

Un budget 2020 s’élevant à 161,6 millions d’euros, dont 41,6 millions d’euros consacrés aux investissements : malgré des recettes toujours plus contraintes par la baisse constante des dotations de l’État – depuis 2013, ces dernières ont été divisées par 10 pour Pantin, ce qui représente un manque à gagner de 42 millions d’euros en 7 ans – la commune a pu garder sa capacité à investir. Pour cela, elle a défini une stratégie financière précise. Portant sur la maîtrise des dépenses de fonctionnement, elle ne dévie pas. La ville veille également à ce que chaque euro dépensé le soit à bon escient.

Une gestion efficace
Et cette méthode semble fonctionner. La dette pantinoise est en effet passée de 135 millions d’euros en 2008 (soit 2 492 euros par habitant) à 88,8 millions en 2019 (soit 1 577  euros par habitant). De quoi mettre les banques au régime sec puisque la ville prévoit, en 2020, de payer 1,7 million d’euros d’intérêts d’emprunt contre 6,2 millions en 2008, soit 4,5 millions d’euros d’économies directement réinjectés dans le budget.
Preuve de sa bonne santé financière, Pantin conserve une capacité de désendettement de 5 ans et un taux d’épargne brute de 15 %. La ville est ainsi en mesure d’autofinancer ses investissements à hauteur de 17,7 millions d’euros. Autant de données conformes à la stratégie financière qui fixe la capacité de désendettement de la ville à 7 ans au maximum et son taux d’épargne brute à 14 % au minimum.
Si, malgré tout, les besoins de financements demeurent, la fiscalité locale n’augmente pas en 2020. Depuis 2015, le taux* de la taxe foncière reste fixé à 23,87 % et celui de la taxe d’habitation à 21,72 %, ce qui, pour 2020, représente une recette de 51,2 millions d’euros.
Le budget primitif 2020, adopté lors du conseil municipal du 12 décembre, est ainsi conforme aux préconisations fixées par le rapport d’orientation budgétaire approuvé lors du conseil municipal du 13 novembre.

* Ces données ne concernent que la part communale de ces taxes. Les autres (territoriales, départementales…) étant susceptibles d’être modifiées.


Lexique : 
Capacité de désendettement
Si la ville consacrait toutes ses ressources à son désendettement, elle mettrait 5 ans à y parvenir. On considère qu’en dessous d’une capacité de désendettement de 11 ans, une commune est en bonne situation financière.

Épargne brute
L’épargne brute, ou autofinancement, désigne la part des recettes de fonctionnement qui peuvent être consacrées pour investir ou rembourser de la dette. On obtient cette somme en engrangeant des recettes de fonctionnement supérieures aux dépenses de fonctionnement.

 

À chaque quartier, ses investissements

Bâtiment, voirie, espace public, habitat… Les 41,6 millions d’euros de dépenses d’investissement inscrites dans le budget 2020 concernent tous les quartiers. Passage en revue.

 

Courtillières

  • Poursuite de la construction de l’équipement culturel (bibliothèque, ludothèque et salle de diffusion) des Courtillières : 1,6 million d’euros.
  • Aménagement du parvis de cet équipement culturel : 500 000 euros.
  • Poursuite des travaux de réhabilitation de l’école Jacqueline-Quatremaire et création d’un réfectoire : 1,5 million d’euros.
  • Rénovation du club house de rugby : 170 000 euros.
  • Aménagements complémentaires réalisés dans le parc des Courtillières : 90 000 euros.

 

Quatre-Chemins   

  • Poursuite de la rénovation des sheds, accueil d’un relais petite-enfance et d’un lieu culturel : 1 million d’euros.
  • Poursuite de la construction de l’école élémentaire Diderot et réhabilitation de la maternelle : 4 millions d’euros.
  • Poursuite de la restauration des anciens bains-douches municipaux et agrandissement de la crèche parentale Jolis Mômes : 1 million d’euros.
  • Poursuite de l’agrandissement et de la dépollution du parc Diderot : 3 millions d’euros.
  • Aménagement de la voirie devant le futur collège de l’écoquartier : 500 000 euros.
  • Participation de la ville pour la réhabilitation de l’habitat dégradé aux Quatre-Chemins : 764 000 euros.
  • Travaux pour la réalisation du marché provisoire Magenta : 714 000 euros.

 

Église  

  • Poursuite de la construction de l’école du Port : 2,2 millions d’euros.
  • Lancement de la construction de la halle sportive au stade Charles-Auray : 300 000 euros.
  • Changement des menuiseries et isolation des combles du groupe scolaire Auray-Langevin ; changement des menuiseries de l’IMP Louise-Michel : 1 million d’euros.
  • Démolition du 49 bis, rue Denis-Papin, du 2, rue Kléber et du 31, rue Charles-Auray : 850 000 euros.
  • Démarrage de la restauration de l’église : 700 000 euros.

 

Petit-Pantin/Les Limites  

  • Poursuite des travaux au sein du cimetière : 500 000 euros.
  • Lancement d’une étude pour la requalification de la Folie : 80 000 euros.
  • Consolidation de la voirie en zone d’aléa très fort : 1,5 million d’euros.

 

Mairie-Hoche   

  • Début de la rénovation et de l’agrandissement de la piscine, démarrage de la construction du nouveau conservatoire : 500 000 euros.
  • Réfection du petit bois de l’Îlot 27 et création d’un terrain de jeux aventure : 1,2 million d’euros.
  • Réfection et sécurisation de la dalle de l’Îlot 27 : 350 000 euros.
  • Réhabilitation de l’impasse des Sept-Arpents : 500 000 euros.
  • Démarrage de la restauration de l’hôtel de ville : 3,4 millions d’euros.