© DR 

Démocratie participative

Halle sportive Charles-Auray, une ambitieuse démarche participative

Très attendue par les amateurs d’éducation physique, la halle sportive Charles-Auray (3 900 m2) est aussi au cœur d’une ambitieuse démarche participative qui vise à associer les Pantinois à toutes les étapes de sa conception. En juillet, une commission citoyenne a donné son avis sur les trois projets architecturaux en lice.
Article de Christophe Dutheil, publié dans Canal n°299, septembre 2021.

Publié le

Dans le sillage de la consultation menée début 2021 auprès de tous les habitants et des réunions du comité de suivi (composé de tous ceux ayant souhaité en faire partie), une commission citoyenne, constituée de cinq membres de ce comité tirés au sort et de cinq représentants des associations sportives, vient de se réunir. Sa mission ? Examiner les atouts et les inconvénients des trois projets architecturaux envisagés pour la future halle sportive construite d’ici à 2024 rue Candale.

Deux réunions constructives

Le 1er juillet, « les participants ont été informés sur les projets et leurs caractéristiques techniques, pas toujours évidentes à cerner pour les non-initiés », précise Mialitiana Randrianivosoa, chargée d’opérations à la direction des Bâtiments, dont le rôle était d’apporter des éclairages utiles à la prise de décision. « Les informations nous ont été présentées de façon accessible et je me suis sentie légitime pour m’exprimer », relève Ahleme Beniza, l’une des participantes. Même son de cloche du côté de Lucie Olivieri, membre du conseil d’administration du club d’escalade de Pantin, qui loue « le dialogue constructif qui a pris place ».
Une deuxième réunion de travail a eu lieu le 3 juillet sous la forme d’ateliers organisés autour des trois critères permettant d’évaluer les projets : l’architecture, la réponse aux besoins des usagers et le respect des normes environnementales. La structure doit en effet répondre aux exigences du « niveau or », soit l’échelon le plus haut, de la démarche Bâtiments durables franciliens.

Verdict en septembre

« Nous nous sommes prononcés en faveur ou en défaveur de chaque proposition, puis nous avons essayé de proposer des alternatives pour que chacune d’entre elle  puisse répondre à nos attentes », précise Christelle Debordeaux, membre de la commission et future utilisatrice de cette infrastructure.
Le fruit de ces échanges a été communiqué, pour avis, au jury du concours d’architecture. En charge d’examiner les offres soumises par les trois consortiums en lice dans le cadre d’un appel d’offres, il rendra ses conclusions début septembre.