© ville de Pantin 

Environnement

La nature : sensibiliser les écoliers de la ville de Pantin

Sensibiliser les plus jeunes au respect de la nature : un impératif pour la voir s’épanouir dans en ville. L'école maternelle Méhul de la ville de Pantin et les fermes de Gally, partenaires de cette action pédagogique, entendent bien former les écocitoyens de demain.
Extrait du dossier, " La nature en ville ", réalisé par Guillaume Gesret, publié dans Canal, n°294, mars 2021.

Publié le

Depuis la rentrée de septembre, une classe de grande section de la maternelle Méhul entretient un potager dans la cour de l’établissement. Une action pédagogique développée avec l’aide des Fermes de Gally, une structure pionnière de l’agriculture urbaine qui a fait de l’éducation à la nature sa raison d’être.

Visiblement, ce matin-là, Djibril, Mélissa, Ulysse et leurs copains prennent un malin plaisir à mettre les mains dans l’humus. « Regardez, il y a un ver de terre qui se tortille », rigole Mélissa. Leur maîtresse, Sabrina Henni, leur demande de creuser de petits trous avec une truelle afin d’y planter du thym, de la menthe et du romarin. Ces plantes aromatiques ont été livrées il y a quelques minutes à peine par un salarié des Fermes de Gally, partenaires de cette action pédagogique.
Maxime Corel, coordinateur du projet École fertile, détaille : « Les Fermes de Gally, installées dans les Yvelines et en Seine-Saint-Denis, ont offert à la classe les cinq bacs potagers, les plants et les graines. Au cours de l’année, nous intervenons régulièrement pour sensibiliser les enfants aux techniques du jardinage. Cet automne, nous les avons accueillis dans notre ferme urbaine de Saint-Denis. »

Former les écocitoyens de demain
« Se voir offrir le matériel et les outils pédagogiques est une véritable chance, poursuit Sabrina Henni. Grâce à la création de ce potager dans la cour de l’école, je peux aborder les questions de la saisonnalité des fruits et des légumes, les problématiques du bien manger et, plus globalement, les enjeux de l’écocitoyenneté. » Sa classe consacre ainsi une à deux séances par semaine à l’entretien du jardin…
Djibril, 5 ans, prend soudain la parole : « On a planté des choux, des épinards, des radis, de l’ail, des mûres, des framboises et même des fraises. À la récréation, j’aime bien venir vérifier que tout va bien dans le potager. » La maîtresse reprend : « Mais alors, que peut-on récolter aujourd’hui ? Qu’est-ce qui est de saison ? » « Les radis, madame ! », répondent en chœur les élèves, tandis que Léandre lève le doigt et propose : « La raclette… »