© ville de Pantin 

Culture

Quelques graffeurs et l’Îlot 27 prend des couleurs

Depuis deux mois en effet, 32 artistes urbains se succèdent à l’Îlot 27 à Pantin pour transformer la dalle en un musée d’art de rue à ciel ouvert et donner naissance, après celui des Magasins généraux en 2012, à un nouveau temple du street art rassemblant des pointures du genre. Inauguration festive prévue samedi 19 juin.
Article de Tiphaine Cariou, publié dans Canal n°297, juin 2021.

Publié le

Embellissement immédiat avant réhabilitation

À l’Îlot 27, le street art fait école. Comme chaque semaine, les maternelles d’Eugénie-Cotton ont déserté leurs salles de classe pour assister, à quelques mètres à peine de l’établissement, à la création d’une fresque géante. Sous leurs yeux ébahis, le graffeur Moyoshi transforme une banale sortie de parking en une fresque bleue et noire d’où semble surgir un animal marin.
Parmi les petits spectateurs, Eva Greiffemberg, chargée de développement à la maison du projet, et Fanny Carlotti, la directrice de la maternelle, sont les chefs d’orchestre de la transformation de ce quartier en un lieu d’expérimentation artistique. « En attendant les travaux de réhabilitation portés par l’Agence nationale de rénovation urbaine (ANRU), nous avons eu envie de proposer un projet qui fédère les habitants et les élèves de l’école et donne un nouveau souffle au quartier. Très vite, nous avons sollicité Murals, l’association qui travaille avec nous, et les bailleurs. Ce sont eux qui, avec la ville, financent l’initiative qui comporte aussi de la danse, de la photographie et de la vidéo », explique la chargée de développement, avant de se lancer dans une visite guidée.

Un projet très collectif
Sous un porche, l’immense mandala en noir et blanc de Théo Haggaï fait face à l’œuvre collective de CLAKSone et de Rémi Cierco. En surface, les jardinières peintes par les habitants (lire ci-dessous) voisinent avec la fresque exotique de Géraud Delort. Et, du côté de la rampe d’accès au quartier depuis Paris, une peinture monumentale de Da Cruz. « Ce qui est génial dans ce projet, reprend Fanny Carlotti, ce sont les échanges qui ont lieu entre les écoliers, les habitants et les artistes. Il y a beaucoup d’interactions. Et puis, cela permet de rendre l’art plus accessible et d’ouvrir le quartier à tous. »
L’inauguration de ce musée aura lieu samedi 19 juin dans le cadre du festival Regard Neuf 3. Porté par l’AORIF, une association au service des organismes HLM d’Île-de-France, ce rendez-vous culturel, ayant pour théâtre la Seine-Saint-Denis, vise à sublimer les quartiers au moyen de la création artistique. « Ce projet illustre parfaitement le concept de Regard Neuf 3. En plus d’embellir ce lieu de vie avant une grande opération de renouvellement urbain, il permet de recréer du lien entre les habitants et de faire découvrir la culture par le street art aux enfants », conclut Leïla Slimane, adjointe au maire déléguée à la Vie des quartiers, à la Politique de la ville et la Vie associative.

Pour découvrir dès maintenant les œuvres, plusieurs accès sont possibles :

  • Par les 21-23 et 31 rue Auger et par le 6, route des Petits-Ponts
  • Également sur le compte instagram le27_pantin
  • Inauguration festive du musée : samedi 19 juinde 14h à 19h.
    Cet événement est susceptible d'être modifiée en fonction de la situation sanitaire.
  • Plus d’infos sur le site internet du festival Regard Neuf 3

Ils sont sur les murs de l’Îlot 27 !

Da Cruz

Après les Magasins généraux en 2012, me voici à l’Îlot 27 ! Ici, j’ai investi la rampe d’accès en colimaçon qui marque la frontière entre Paris et Pantin. Un endroit avec beaucoup de visibilité qui, du coup, devient l’une des entrées du musée en plein air. Cette fresque représente une série de masques stylisés et imbriqués qui sont ma marque de fabrique. Un clin d’œil à ce quartier populaire et une célébration du multiculturalisme !  

Yellow

Pantinois depuis 10 ans, je connais bien les terrains de graff des environs. Mais, depuis un moment, j’avais envie d’une création plus officielle. C’est chose faite grâce à la maison du projet ! Le bloc de béton qui m’a été octroyé est situé au pied de la tour Essor. J’ai eu beaucoup de plaisir à y peindre cette geisha nubienne qui se détache d’un décor très wax et très coloré. J’avais envie de partager avec les habitants mon goût pour le manga et la culture pop, mais aussi d’évoquer, par ce biais, la question du mélange des cultures. 

Géraud Delort

Participer à ce projet, c’est redonner un coup de boost au quartier. M’inspirant du nom du lieu, j’ai eu envie de créer un univers coloré qui plaise aux enfants de l’école maternelle. Cette sortie de parking est devenue une île un peu magique avec un pirate, Don Pablo, mais aussi un gros crapaud et un perroquet. Les 88 élèves d’Eugénie-Cotton ont participé à la création de la fresque en dessinant les petits animaux. 

Les habitants mettent la main à la pâte  

Le temps de deux week-ends d’avril et de mai, le projet L’Îlot Couleurs a embarqué les habitants de l’Îlot 27 dans un grand chantier participatif, piloté par le collectif d’habitants Viva La Vie Dalle.

Près de la fresque de Yellow, Arwa, 7 ans, de la peinture jusqu’au bout du nez, finit de peindre avec ses copains « de la dalle » une jardinière en bleu turquoise, le tout sous l’œil amusé de sa maman, Rezika : « On a passé un bon moment en famille. Cela faisait longtemps que l’on n’avait pas fait d’activité en extérieur. Et en plus, c’est en bas de chez nous. »
Un peu plus loin, Marie-Leine, habitante du quartier depuis 1983 et pilier de l’association Viva La Vie Dalle, ajoute : « En avril, une équipe de jardiniers a taillé les arbres et planté des fleurs et des herbes aromatiques. De notre côté, nous avons acheté des pieds de tomate à la friche René.e et commencé à les mettre en terre. » Chloé, également membre du collectif, complète : « Nous avons eu envie de peindre les jardinières en béton afin d’accompagner le projet de musée à ciel ouvert. Une dizaine d’adultes et une quinzaine d’enfants ont joué le jeu. » Ainsi, une simple dalle est devenue un lieu de vie et de partage...