© ville de Pantin

Crise sociale et sanitaire

Appel à manifester mercredi 29 septembre à 18h

Suite à l'évacuation des toxicomanes dépendant du crack du jardin d’Eole et de Stalingrad, à proximité directe du quartier des Quatre-Chemins de Pantin, le maire de Pantin, Bertrand Kern, appelle les Pantinois et Pantinoises à rejoindre la mobilisation du «Collectif 93 anti-crack» organisée le mercredi 29 septembre 2021 à 18 heures au 1 rue Berthier, devant le café « Pas si loin ».

Publié le

Lettre du Maire aux Pantinois du 27 septembre de Bertrand Kern, maire de Pantin et Conseiller métropolitain.


«Madame, Monsieur,

Chère Pantinoise, Cher Pantinois, Vendredi dernier, le 24 septembre, le préfet de police sur ordre du ministre de l’Intérieur, a déplacé des toxicomanes dépendant du crack Porte de la Villette, en proximité immédiate du quartier des Quatre-Chemins des villes de Pantin et d’Aubervilliers.

Cette décision a été prise sans aucune concertation avec les élus locaux notamment la maire d’Aubervilliers et moi-même.

Le ministre de l’Intérieur et le préfet de police justifient cette décision en avançant, je cite, qu’il s’agit «d’un secteur sans riverains aux abords immédiats » .

Il suffit de regarder un plan de la région parisienne pour constater que le quartier des Quatre-Chemins à Pantin est situé à moins de 50 mètres de ce campement.

Cette décision est absurde. Elle ne règle pas le problème des consommateurs de crack, elle le déplace.

Cette décision est honteuse. Elle nie l’existence des 12 000 habitants du quartier des Quatre-Chemins et leur droit à une vie sereine et calme. Elle rajoute de la difficulté à un quartier qui déjà souffre grandement des inégalités et de l’effacement de l’État. Cette décision est irresponsable, car la sécurité tant des toxicomanes que des habitants du quartier est en péril.

Depuis vendredi, accompagné par plusieurs élus de la ville de Pantin, je me suis rendu à plusieurs reprises dans le quartier des Quatre-Chemins à la rencontre des habitants. J’ai mesuré leurs angoisses et leurs inquiétudes quant aux conséquences de cette décision gouvernementale.

J’ai constaté aussi leur colère face à la construction d’un mur qui interdirait l’accès des toxicomanes à Pantin par le passage Forceval alors que d’autres accès entre Paris et les Quatre-Chemins existent.

Certains habitants se sont regroupés dans un « Collectif 93 anti-crack » . Ils ont prévu d’organiser une manifestation pour demander aux pouvoirs publics, à l’État, seul compétent en l’espèce, de prendre ses responsabilités en proposant aux consommateurs de crack une prise en charge médicale, sanitaire et sociale.

C’est pourquoi je vous invite à rejoindre cette mobilisation en nous donnant rendez-vous le :

  • MERCREDI 29 SEPTEMBRE À 18H 
    1 rue Berthier, devant le café « Pas si loin »


De mon côté, avec madame la maire d’Aubervilliers, nous avons écrit ce jour au Premier ministre pour solliciter un rendez-vous afin de trouver une solution rapide à cette situation intenable.

Vous pouvez compter sur ma détermination.»

Bertrand Kern, Maire de Pantin.