Vue de la Biennale Émergences, 2018 © DR 

Culture et patrimoine

La Biennale Émergences : une édition pleine de ressources

150 artisans et designers réunis, 4 jours durant, dans un lieu emblématique de 2000 m2 : Émergences, la Biennale du design et des métiers d’art d’Est Ensemble, revient au CN D du 8 au 11 octobre. Plusieurs nouveautés sont à signaler pour cette 6e édition, notamment une exposition autour de la thématique des ressources.
Article de Tiphaine Cariou, publié dans Canal n°290, octobre 2020.

Publié le

L’environnement au cœur de l’art

Émergences, le grand salon d’Est Ensemble consacré au design et à l’artisanat d’art, où s’étaient pressés 5 000 visiteurs il y a deux ans, réinvestit, début octobre, le Centre national de la danse - CN D avec une scénographie minimaliste signée Véronique Maire, designeuse pantinoise déjà familière des lieux. Si l’objectif de la Biennale reste le même – mettre en lumière des talents –, le format de cette édition change notablement avec une vaste exposition ayant pour thème les ressources. « La question des ressources est un sujet d’actualité, mais aussi une problématique transversale qui touche toute la société. Dans le design et l’artisanat d’art, ce thème permet d’illustrer l’évolution des pratiques. Nombre de créateurs choisissent aujourd’hui de travailler avec des matériaux qui ont le plus faible impact environnemental possible », précise Frédéric Bouchet, commissaire de la Biennale.
Tel un fil conducteur reliant le travail des artistes sélectionnés, l’exposition sera déclinée en sous-thèmes : recyclage, détournement et réemploi, techniques émergentes, optimisation des ressources...

Un carrefour de talents
Cette année, un quart des exposants sera Pantinois. Parmi eux, Martial Marquet, designer et architecte, présentera un espace de travail idéalisé et constitué d’un assemblage de matériaux de récup’. Quant à Caroline Ziegler et Pierre Brichet, du Studio BrichetZiegler, ils permettront à de banals objets utilitaires – balai, seau, arrosoir, etc. – de retrouver leurs lettres de noblesse : « Ces objets sont confectionnés en bois et en métal dans notre atelier et dans celui d’un ébéniste pantinois. Ce qui nous tient à cœur, c’est de recréer un écosystème autour de la fabrication, comme dans un village d’autrefois », souligne Caroline Ziegler.
Rue Victor-Hugo, on pourra aussi découvrir les dernières créations du studio SCMP qui présentera une série de paniers, remettant la technique traditionnelle de la vannerie au goût du jour par l’apport d’un dégradé de couleurs : « Notre travail trouve un écho avec le thème d’Émergences car la vannerie fonctionne dans une économie de matière, avec seulement des tiges de rotin tissées », explique Sébastien Cluzel, fondateur de SCMP.
Autres nouveautés de cette sixième édition : un concept store de 150 m2 spécial design et déco et deux tables rondes. Orchestrées par l’agence Les Augures, elles auront pour thème le sourcing des matières réemployées et les matériaux et pratiques durables.

Un tourbillon d’idées durables

Créateurs de meubles, d’objets de décoration, de bijoux, d’accessoires ou de vêtements, les designers et artisans d’art présents cette année à Émergences ont tous un point en commun : c’est à travers le prisme du développement durable qu’ils conçoivent aujourd’hui leur travail. Quelques exemples de pratiques artistiques responsables.

Parcours Bijoux

Pour la première fois, Émergences donne un coup de projecteur au bijou contemporain en s’associant à Parcours Bijoux, le festival organisé du 6 au 24 octobre dans 40 lieux parisiens. Au premier étage du CN D, on pourra découvrir une dizaine de pièces, créées spécialement pour la Biennale par deux artistes suédoises particulièrement sensibles au problème de la pollution des océans.
Les broches de Karin Roy Andersson, réalisées à partir de plastique recyclé – notamment des bouteilles de lait – s’inspirent du monde marin, tout comme les bijoux de Sofia Björkman – des broches géantes et des colliers en polycarbonate et acier évoquant des arêtes de poisson – qui appartiennent à sa série " What have we done " ?

Concept store géant

Grande nouveauté cette année, l’ouverture, au CN D, d’un concept store de 150 m2 accueillant les créations d’une cinquantaine d’exposants du territoire, des pièces de design triées sur le volet et une série d’objets en lien avec le thème Ressources. De quoi dénicher des vases en céramique ou en verre, des étoles en fibres naturelles, des bijoux, des luminaires et tout un panel d’accessoires et de sacs. La sélection des artisans exposants a été réalisée par Alexandra Delaporte, créatrice du festival We lov’East et de la boutique éponyme, Frédéric Bouchet, commissaire de la Biennale, et Didier Courbot, directeur de la galerie A1043.

3 questions... à Anne et Thibaud Klepper

Designers et architectes d’intérieur pantinois, ils présenteront cinq lampes à l’occasion d’Émergences.

Pouvez-vous vous présenter ?
Anne et Thibaud Klepper : Nous travaillons dans le quartier du Petit-Pantin où nous avons notre atelier-lieu de vie. L’important pour nous est d’évoluer au maximum dans un écosystème local. C’est pourquoi nous collaborons avec des sociétés comme Lemon Tri et SAS Minimum.

Qu’allez-vous exposer à Émergences ?
A. et T.K. : Nous allons présenter cinq lampes créées spécialement et confectionnées à partir d’un plastique recyclé mis au point par SAS Minimum. Nous avons choisi ce matériau car il est fabriqué à Pantin à partir de déchets récupérés localement, notamment des bouchons de bouteilles d’eau et de lait.

Sur quel type de projets travaillez-vous avec Lemon Tri ?
A. et T.K. : Nous avons notamment travaillé sur une machine qui permet de récupérer, et donc de recycler, les bouteilles d’eau pleines déposées devant les portiques de sécurité des aéroports. Nous leur avons proposé un habillage réalisé dans ce plastique recyclé. C’était un beau projet de réemploi et d’économie circulaire !

Mixeuse de vêtements

D’origine suisse, Claudia Hägeli a suivi à Paris un cursus d’art contemporain aux prestigieux Arts déco, avant d’installer son atelier aux Quatre-Chemins. Adepte du détournement, cette styliste des temps modernes est spécialisée en upcycling ou recyclage. Sa marque de vêtements décline des pièces uniques, élaborées à partir de bouts de tissus, de fins de rouleaux dénichées à la Réserve des arts ou de vêtements glanés dans les marchés aux puces. Six de ses créations seront exposées, dont un foulard-col et un pull mixé avec un cardigan. On pourra également retrouver ses vêtements au concept store avec trois modèles de t-shirt et deux de pulls.

La Biennale hors les murs

La Crèmerie en avant-première

À l’occasion de la Biennale, la créatrice Vanessa Mitrani, implantée à Pantin de longue date, ouvre au public son tout nouvel atelier- showroom qu’elle a baptisé La Crèmerie.  De quoi dénicher ses toutes dernières pièces, mais également des créations plus anciennes ou plus rares.

38, avenue Jean-Jaurès

  • Jeudi 8 et vendredi 9 octobre : de 10h00 à 18h00
  • Samedi 10 et dimanche 11 octobre : de 10h00 à 19h00

Les dessous de la Réserve des arts  

La Réserve des arts, un établissement pionnier de l’économie circulaire et du réemploi de matériaux où viennent se fournir les artistes depuis 2014, ouvre à la visite son nouvel espace situé au 14, avenue Édouard-Vaillant.
Renseignements sur le site internet de la Biennale Émergences.

Drôles de chaises

Émergences est une nouvelle fois partenaire de l’exposition proposée parallèlement au Pavillon, le centre d’arts plastiques de Pantin. Cette année, c’est le plasticien et performer Rémi Ucheda, dont le travail fait écho à la thématique de la Biennale, qui est mis à l’honneur. Attaché aux problématiques du détournement et du réemploi, l’artiste présentera notamment une douzaine de chaises en métal repliées sur elles-mêmes, des enchevêtrements de lignes et de plans accrochés au mur telles des sculptures abstraites. Après cette expo, vous ne verrez plus vos chaises comme avant !

18, rue du Congo
Du 9 octobre au 20 novembre.
Inauguration le 9 octobre, à partir de 18.00.

SPÉCIAL COVID-19
Afin de limiter l’affluence, il est nécessaire de prendre son billet en ligne sur le site internet de la Biennale Émergences.
Du 8 au 11 octobre, le port du masque sera en outre obligatoire au CN D où un sens de circulation unique sera à respecter.  
À noter que cet événement est susceptible d’être annulé si la situation sanitaire l’impose.