© Constance Decorde 

Santé et Prévention

La ville va distribuer 138 000 masques

Publié le

Le 11 mai débutera le déconfinement de la France. À cette date, le port du masque, désormais recommandé par l'Académie nationale de médecine, sera obligatoire dans un certain nombre de situations de la vie quotidienne. Pour que chaque Pantinois dispose de tels équipements de protection, la ville en a commandé près de 140 000 et organise actuellement leur distribution.
Article de Christophe Dutheil publié dans Canal numérique / spécial confinement.


A l'aube du déconfinement progressif imposant le port du masque notamment dans les transports en commun, Pantin s’apprête à distribuer gratuitement, à tous les habitants, des masques « grand public » en tissu,  lavables et homologués par l'Association française de normalisation (Afnor). « Le 13 avril, le gouvernement a – en concertation avec un comité scientifique – affiché la volonté de solliciter les collectivités locales pour organiser le déconfinement, explique en préambule Bertrand Kern, maire de Pantin. Pour nous, c'est un enjeu, un défi et une grande responsabilité. Il est de notre devoir de nous mobiliser pour qu'aucun Pantinois ne soit laissé de côté, faute de disposer d'un masque lui permettant d'aller travailler ou d'utiliser les transports publics. L’achat de masques ne peut pas - et ne doit pas être - un sujet financier. »

78 000 masques homologués début mai
« Suite à l’allocution présidentielle, nous avons réagi très vite pour appeler les fournisseurs déjà identifiés et en contacter d’autres via nos propres réseaux, détaille Jean-Louis Héno, directeur général des services de la ville. Nous avons beaucoup travaillé et la commande a été passée dans la semaine. » Mi-avril, la villea ainsi pu mettre en concurrence plusieurs fournisseurs et sélectionner ceux qui étaient en mesure de répondre à ses attentes en matière de qualité, de tarifs, de capacité de production et de délai de livraison. « A horizon du 11 mai, annonce le maire, 78 000 masques barrières réutilisables nous seront livrés par Balaban, une entreprise pantinoise de confection, référencée par l’Afnor. Les deux tiers de ces masques seront déposés dans les boîtes aux lettres des habitants. Le tiers restant sera distribué physiquement. »
La localisation à Pantin du fournisseur a évidemment pesé dans le choix de la ville. « La crise a jeté une lumière crue sur notre trop grande dépendance à des fournisseurs issus de pays étrangers pour des productions pourtant vitales. Plus que jamais, nous trouvons important de soutenir une filière de production locale », insiste Bertrand Kern.
Installée dans le quartier de l’Église, Balaban, d'ordinaire spécialisée dans la confection textile de prêt-à-porter féminin « fait actuellement tourner au maximum sa chaîne de production pour fabriquer les masques, précise Dalila Belkhiri, chargée d'affaires pour le compte de l’entreprise. Évidemment, nous avons réorganisé nos espaces de travail pour respecter les distances de sécurité. Nous appliquons scrupuleusement tous les gestes barrières. » 

60 000 autres en cours de fabrication
Une deuxième livraison de 60 000 masques sera assurée d’ici le 25 mai, pour permettre aux habitants, munis d'un justificatif de domicile, de venir retirer un ou plusieurs masques supplémentaires (suivant le nombre de personnes qui composent le foyer). « Elle sera le fruit d'une commande groupée effectuée aux côtés d'Est Ensemble et de plusieurs établissements publics territoriaux franciliens », souligne Jean-Louis Héno. Ces masques seront fabriqués par Chantelle, un spécialiste français de la lingerie féminine qui, elle aussi, s’est mise en capacité de produire à grande vitesse, et en Ile-de-France, ces protections nécessaires pour freiner la propagation de la maladie en complément des gestes barrières.