© DR 

Citoyenneté

Sur les fronts de l’égalité femmes-hommes

Engagée pour la promotion de l’égalité femmes-hommes, la ville décline depuis plusieurs années maintenant la Journée internationale des droits des femmes du 8 mars sous la forme d’une Semaine de l’égalité. En guise de préambule, rencontre avec des Pantinoises qui, chacune dans leur domaine, font vivre l’égalité au quotidien.
Article de Tiphaine Cariou, publié dans Canal n°294, mars 2021.

Publié le

Aujourd’hui encore, le BTP reste un secteur très majoritairement masculin. Mais, à Pantin, une association œuvre pour inverser cette tendance. Urban Deco Concept, c’est son nom, est implantée aux Quatre-Chemins et est conventionnée « chantier d’insertion ». Chaque année, dans le cadre de sa formation Femmes et métiers de la peinture, elle propose à 70 habitantes du département des stages de découverte de la profession de peintre en bâtiment. Pour Delphine Gounant, directrice de l’association, « il s’agit avant tout de déconstruire les stéréotypes : les femmes ont suffisamment de force physique pour exercer ces métiers ! Et je pense même que le milieu du BTP gagnerait à être féminisé. » D’ailleurs, dans le cadre de la clause sociale du marché public chapeautant la réhabilitation des Sheds qui accueilleront bientôt une structure dédiée à la petite enfance et un espace culturel, Urban Deco Concept vient de recruter trois Pantinoises.

Un festival pour libérer la parole
Autre univers, mais mêmes problèmes persistants d’égalité des sexes. Caroline Sahuquet, metteure en scène, comédienne et auteure, en est ainsi persuadée : le monde culturel et artistique se doit de prendre sa part. C’est pourquoi, la jeune femme est aussi la directrice artistique de l’association Mi-Fugue Mi-Raison, à l’origine du WeToo Festival, un rendez-vous féministe et familial dont la première édition, à la Cité fertile en septembre, a fait carton plein avec 3 500 visiteurs en deux jours. Ouvert à tous, ce festival proposait des spectacles jeunesse, des tables rondes, une librairie féministe ou encore un stand de jeux non genrés. « Nous sommes six femmes artistes à avoir eu envie de créer ce festival festif et engagé proposant des espaces de libération de la parole. Lors de la prochaine édition, qui se déroulera mi-septembre, nous allons développer un atelier de restauration de l’estime de soi pour les femmes victimes de violences », confie-t-elle.

Apprendre le respect du corps
Dans le domaine médical enfin, on sait que l’éducation à la santé et à la sexualité est un facteur clé d’égalité. Médecin généraliste au centre municipal de santé Maurice-Ténine, Camille Cordier anime depuis 2 ans des ateliers sur la prévention et l’éducation à la sexualité dans des collèges et lycées de la ville. Si ces rencontres permettent d’apporter aux élèves des informations sur la puberté ou leur anatomie, elles sont surtout l’occasion de les faire échanger sur les stéréotypes et le respect de l’autre. « On essaie de leur expliquer l’importance de bien connaître son corps, d’en prendre soin et de se faire respecter », précise Camille Cordier.
Depuis un an, elle est aussi l’un des deux médecins membres du réseau pantinois de lutte contre les violences faites aux femmes. « Ce réseau a comme objectif de créer, d’ici à quelques années, une maison des femmes à Pantin. Il s’agira d’un lieu inter-associatif dont la vocation sera de favoriser l’émancipation de toutes », conclut Hawa Touré, conseillère municipale déléguée à l’Égalité femmes-hommes et à la Lutte contre les discriminations.

Semaine de l'égalité pour tou-te-s, Pantin, 2021 - vidéo