© ville de Pantin 

Petite enfance

Une nouvelle micro-crèche à Pantin

La dernière-née des crèches du groupe coopératif Kidom’s ouvrira ses portes mi-avril. À l’angle des rues Victor-Hugo et de la Distillerie, elle occupera le rez-de-chaussée d’un immeuble d’habitation flambant neuf. Une structure auprès de laquelle la ville a déjà réservé 10 berceaux sur les 15 proposés.
Article de Tiphaine Cariou, publié dans Canal n°295, avril 2021.

Publié le

Une nouvelle micro-crèche ouvre, la ville réserve des berceaux

À quelques semaines de l’ouverture, les ouvriers sont dans les starting-blocks. Pose du PVC au sol, réception de l’électroménager, dernières finitions d’une jolie peinture bleu ciel… De la salle de motricité aux mini-toilettes, en passant par le coin cuisine où une vitre permet aux enfants d’observer les préparatifs des repas, la micro-crèche Les petits d’Homme Distillerie commence à prendre forme.
Anne Fall, cofondatrice du réseau coopératif Kidom’s, et Nathalie Nguimbock, future directrice de l’établissement, se prêtent au jeu du tour du propriétaire. « Auparavant, explique cette dernière, je travaillais dans une structure de 50 places. Ici, six professionnels accueilleront 15 enfants dans un espace de 178 m2, ce qui est au-dessus des réglementations en vigueur. » Et d’ajouter : « Je suis ravie de diriger une crèche dès sa création. C’est génial de pouvoir travailler dans un nouvel équipement, de recruter son équipe, de réfléchir à l’aménagement… »

Un ancrage territorial
Les petits d’Homme Distillerie axera son projet autour des approches des célèbres pédagogues Emmi Pikler et Maria Montessori, toutes deux fondées sur la motricité libre, l’autonomie de l’enfant dans le choix de ses activités et le respect de son rythme naturel. Ainsi, des dortoirs permanents ont été aménagés pour que chacun puisse s’étendre à sa guise en cas de petite ou de grosse fatigue. « On ne suit pas de dogme précis, détaille Anne Fall. On cherche plutôt ce qu’il y a de mieux dans les pédagogies actives. On essaie aussi de s’inscrire dans une démarche de développement durable et dans la vie de la cité en créant des partenariats. Par exemple, nous travaillons en collaboration avec Les Couches fertiles, une start-up qui recycle les couches usagées des enfants pour en faire du compost et dont le terrain d’expérimentation se trouve à Pantin. »

La ville réservataire de berceaux
La ville a déjà réservé 10 berceaux sur les 15 proposés par l’établissement. De quoi satisfaire davantage de familles, toujours très nombreuses à faire le choix de ce mode d’accueil collectif. « Pour les places en crèche, précise Nadine Castillou, adjointe au maire déléguée aux Enfances, à la Jeunesse et à la Parentalité, le taux de réponses positives de la ville avoisine les 35 %, ce qui est mieux que lors du mandat précédent. Pour autant, notre objectif est d’arriver à 50 % de réponses favorables en 2026. Afin d’augmenter ce taux, nous étudions donc tous les leviers possibles et nous nous tournons aujourd’hui vers des réservations de berceaux dans les structures privées. Ces places sont ensuite attribuées lors de commissions dédiées, exactement comme pour celles proposées dans les structures gérées par la commune. » Bonne nouvelle pour les bébés : de plus en plus de prestataires privés sollicitent la ville pour qu’elle réserve des berceaux et de nombreux projets sont dans les cartons. Parmi eux, le déménagement, à la rentrée de septembre au sein des anciens bains-douches municipaux, de la crèche parentale Jolis Mômes qui pourra ainsi accueillir plus d’enfants et l’ouverture, en 2022, d’une nouvelle maison des assistantes maternelles.


Petite enfance, des métiers qui recrutent
Avis aux collégiens et aux futurs bacheliers ! En ce mois d’avril, synonyme d’orientation, renseignez-vous sur les métiers de la petite enfance qui garantissent de trouver un emploi au terme des études. Depuis plusieurs années, on constate en effet une pénurie de professionnels qualifiés dans les structures publiques comme privées.
Dans les neuf crèches municipales, les profils les plus recherchés sont ceux d’auxiliaires de puériculture, d’éducateurs de jeunes enfants et d’infirmières puéricultrices. Ces métiers sont accessibles à partir de la 3e pour le CAP petite enfance (permettant d’accéder au poste d’assistante maternelle, d’aide auxiliaire de puériculture...), de la seconde pour devenir auxiliaire de puériculture, ou du bac pour embrasser la profession d’éducateur de jeunes enfants ou d’infirmière puéricultrice. À noter que toutes les crèches municipales accueillent des stagiaires et des apprentis et, comme le service d’accueil familial de la ville, peuvent aussi employer des assistantes maternelles qui ont de l’expérience et un agrément.
Plus d’informations : direction de la Petite Enfance (Téléphone : 01 49 15 41 50), Mission locale et pôle RSA (Téléphone : 01 49 15 38 00) , circonscription de la PMI (Téléphone : 01 71 29 23 85), Pôle emploi (Téléphone : 01 49 15 39 49).