© ville de Pantin 

Sport et loisirs

Cameron WOKI

« À l’époque, j’avais un modèle : Yacouba Camara qui avait, comme moi, commencé le rugby à Bobigny, avant de jouer à Massy et d’entrer en équipe de France. Il a seulement quatre ans de plus que moi mais c’est lui qui m’a montré la voie. »

Publié le

Sélectionné récemment en équipe de France, ce troisième ligne de 21 ans a vécu à Pantin avant d’entamer une prometteuse carrière professionnelle au sein de l’Union Bordeaux-Bègles, en tête du Top 14 lorsque le championnat a été interrompu prématurément du fait du confinement. Rencontre.
Portrait de Guillaume Gesret, publié dans Canal n°288, juillet - août 2020.


Ce 2 février, lorsque Cameron Woki fait son entrée dans un Stade de France chauffé à blanc pour le match d’ouverture du tournoi des VI Nations, opposant le XV tricolore à l’Angleterre, le jeune homme de 21 ans réalise un « un rêve de gosse. C’était très émouvant de jouer à Saint-Denis devant ma famille et mes amis. Aujourd’hui encore, c’est une immense fierté ». Cette première sélection l’aura vu jouer une vingtaine de minutes. Une autre suivra une semaine plus tard. Contre l’Italie, Cameron joue également une vingtaine de minutes.

Physique et technique
1,96 mètre, 103 kilos. Cameron Woki a indiscutablement un gabarit de troisième ligne. D’ailleurs, depuis qu’il est gamin, on le remarque tout de suite sur le terrain pour ses qualités physiques bien sûr, mais aussi techniques. C’est à l’âge de 8 ans qu’il débute le rugby dans le club de Bobigny, pour « faire comme mon grand frère ». Quand il entre en sixième, ses parents décident d’emménager à Pantin, rue du Docteur-Pellat. « J’y ai passé mon adolescence et j’étudiais au collège Lavoisier. De cette époque, j’ai gardé des copains. Je me souviens qu’on allait jouer au foot au City stade des Pommiers après les cours. » En revanche, le mercredi et le samedi, c’est rugby !  « Après le club de Bobigny, je me suis inscrit à Massy. Je prenais le métro et le RER pour y aller. Je rentrais tard à Église de Pantin. »
En classe de troisième, Cameron Woki intègre un sport-études à Brétigny-sur-Orge qui, un an plus tard, le propulse au pôle Espoirs de Sceaux. Au lycée Lakanal, il prépare sans difficulté un bac gestion-administration. Sur le terrain, il s’impose comme titulaire au sein des équipes de France U16, U17 et U18*. « À l’époque, j’avais un modèle : Yacouba Camara qui avait, comme moi, commencé le rugby à Bobigny, avant de jouer à Massy et d’entrer en équipe de France. Il a seulement quatre ans de plus que moi mais c’est lui qui m’a montré la voie. »

Bienvenue chez les pros
À 19 ans, Cameron Woki signe son premier contrat pro et arrive « sur la pointe des pieds » au club de Bordeaux-Bègles. Il réalise alors une première saison inoubliable. Titularisé à 20 reprises en Top 14, il remporte également la Coupe du monde avec l’équipe de France des moins de 20 ans. « J’ai vécu de grands moments avec Romain Ntamack, Louis Carbonel et les autres. Je me souviendrai longtemps de cette saison 2017-2018 ! » À Bordeaux, ses percées dévastatrices des lignes adverses font de plus en plus parler de lui. Dans la presse, on le surnomme le « Olivier Magne des temps modernes ». Quant au public, il le félicite quand Cameron s’accorde une petite promenade dans la capitale girondine. « C’est agréable d’être reconnu. Cela veut dire que mes performances sur le terrain sont appréciées. »
Plus récemment, la reconnaissance est venue de Fabien Galthié, le nouveau sélectionneur de l’équipe de France. C’est lui qui l’a fait entrer sur la pelouse du Stade de France. Malheureusement, Cameron ne sera pas retenu pour les trois derniers matchs du tournoi des VI Nations. « Le coach a trouvé que mes deux entrées de jeu manquaient de mordant… »
Malgré la déception, Cameron sait qu’il aura d’autres occasions de montrer son talent avec l’équipe nationale. En attendant, il se concentre sur son jeu avec l’Union Bordeaux-Bègles, qui a terminé la saison en tête du Top 14. « Et je consacre aussi 11 heures par semaine aux études. Je passe une licence de commerce et de marketing international dans une école bordelaise », conclut-il.

*U correspond à la première lettre du mot anglais Under, « sous » en français. U16 signifie donc moins de 16 ans.