© ville de Pantin 

Commerces et entreprises

Eva JAURENA

« C’est mon côté féministe qui ressort, précise-t-elle. Le métier de chef reste essentiellement masculin. C’est pourquoi j’adore repérer des cheffes talentueuses et elles sont nombreuses à Paris. »

Publié le

À la tête du Mingway, le restaurant intégré au CND, Eva Jaurena démocratise la gastronomie. Engagée dans les réseaux associatifs, la jeune femme de 32 ans met en œuvre des initiatives solidaires et féministes.
Portrait de Guillaume Gesret, publié dans Canal n°289, septembre 2020.


En quelques mois, le Mingway est devenu une adresse. Les salariés se pressent le midi dans cette cantine de quartier pour déguster des produits de qualité à des prix abordables. En fin de journée, les Pantinois savourent des planches de charcuterie sur la terrasse du CND, au bord du canal. C’est là que l’on retrouve Eva Jaurena, la patronne du restaurant, assise à la table de clients devenus des amis. « Le Mingway est un lieu décontracté, où l’on reçoit comme à la maison », explique-t-elle.
En sirotant son verre, la restauratrice déroule son CV. Avant d’ouvrir ce restaurant en mai 2019, la jeune femme a fondé une association de circuit court solidaire. L’association, baptisée Ernest, a tissé un réseau de 200 restaurateurs parisiens qui majorent de quelques centimes le prix d’un plat ou d’un café afin de reverser cet argent à des associations de distribution alimentaire. Les sommes collectées permettent aussi de financer l’achat de soixante paniers de fruits et légumes bio par semaine destinés à des familles précaires suivies par des centres sociaux. Vertueux jusqu’au bout, le réseau utilise des aliments cultivés dans un jardin d’insertion à Sevran employant des personnes éloignées du marché de l’emploi. Ce modèle unique a valu à Ernest le trophée de l’Économie sociale et solidaire de la mairie de Paris dès son lancement en 2015.

Un parcours cohérent
Eva Jaurena aime agir pour mettre ses valeurs en mouvement. Après le bac, cette fille d’un père basque et d’une mère martiniquaise, qui a grandi à Charenton-le-Pont, est partie travailler en Angleterre dans une petite ville au sud de Birmingham. Là-bas, à 19 ans seulement, elle ouvre, avec des amis, un cinéma indépendant qui devient le plus fréquenté du pays. Au cours de ces cinq années passées Outre-Manche, elle se rapproche de l’association Oxfam où elle apprend à concilier « business and charity », comme on dit là-bas. En rentrant en France, elle participe à l’ouverture d’une boutique solidaire d’Oxfam à Paris puis tente une autre aventure en intégrant les services du Premier ministre sous François Hollande. « Pendant deux ans, j’ai mené des projets d’aide au développement à l’international. »

Aujourd’hui, la jeune femme de 32 ans se sent davantage à sa place. Avec son restaurant et l’association Ernest qu’elle a « léguée » à une amie, elle réussit à démocratiser la gastronomie et à faire en sorte que le plus grand nombre ait accès à des produits sains. En cette rentrée, une autre cause lui tient à cœur : elle organise un événement street food, qu’elle a appelé Cheffes, rassemblant trente femmes qui sortent de leur restaurant pour préparer bénévolement des menus au Mingway. « C’est mon côté féministe qui ressort, précise-t-elle. Le métier de chef reste essentiellement masculin. C’est pourquoi j’adore repérer des cheffes talentueuses et elles sont nombreuses à Paris. » La recette des deux soirées organisée les 6 et 7 septembre, sera reversée à l’association Ernest.

Pour participer aux soirées Cheffes, réservation obligatoire sur www.hello-ernest.com
Mingway, 1, rue Victor-Hugo. Ouvert du lundi au samedi de 12.00 à 15.00 et du mardi au samedi de 18.00 à minuit.