© ville de Pantin 

Espaces verts

Gail SCHROEDER

« Aujourd’hui, la ville pratique la gestion différenciée et raisonnée. Notre approche professionnelle est donc plus respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. »

Publié le

Parce que développer la nature en ville signifie aussi lui prodiguer un entretien qui la respecte, Gail Schroeder, jardinière municipale, a vu son métier évoluer. Elle témoigne.
Portrait de Guillaume Gesret, publié dans Canal n°294, mars 2021.


Gail Schroeder, qui a grandi dans la campagne de la banlieue de Détroit (Michigan), exerce le métier de jardinière depuis trente ans. « J’ai découvert cette profession passionnante un été, alors que j’étais étudiante en littérature américaine. Ça m’a tellement plu que j’ai quitté la faculté pour l’embrasser. »
Arrivée en France en 2004, la franco-américaine travaille, dans un premier temps, au sein du service des espaces verts de la ville d’Arcueil, avant de rejoindre Pantin il y a trois ans. « J’aime mon métier car je suis à l’extérieur toute l’année. Je vois la nature changer en permanence. Regarder les écureuils courir dans le parc Barbusse, me sentir proche des arbres et des fleurs me fait du bien, tout simplement. »

Un métier plus vert que vert
Autre motif de satisfaction pour la jardinière : l’évolution de sa profession ces dernières années. « Aujourd’hui, la ville pratique la gestion différenciée et raisonnée. Notre approche professionnelle est donc plus respectueuse de l’environnement et de la biodiversité. » Les jardiniers municipaux ne tondent donc plus le gazon sans réfléchir. Quant aux herbes que l’on qualifie parfois de mauvaises, elles ne sont plus systématiquement arrachées. « Elles servent de refuge aux insectes, précise Gail. Et, pour qu’il y ait des oiseaux, il faut des insectes ! » CQFD.
Cette démarche écologique, entreprise par la ville il y a de nombreuses années, a été récompensée. En 2019, Pantin s’est en effet vu décerner le label Écojardin pour la gestion exemplaire de 29 de ses espaces verts. En 2020,  quinze sites supplémentaires ont été distingués. « C’est une grande fierté pour nous ! », conclut-elle.