© ville de Pantin 

Santé et Prévention

Nathalie ROUCKOUT

« Transmettre, c’est ce qui me tient le plus à cœur »

Publié le

Créer pour vaincre le cancer

Nathalie Rouckout transcende la maladie

À l’heure d’Octobre rose, un événement national dédié à la lutte contre le cancer du sein, rencontre avec Nathalie Rouckout, auteure, réalisatrice, photographe et comédienne pantinoise qui est parvenue à dépasser la maladie grâce à l’art.
Portrait de Hana Levy, publié dans Canal n°282, octobre 2019.


Touchée par un cancer du sein à 43 ans, deux ans après la naissance de sa deuxième fille, Nathalie Rouckout a mis le chaos de la maladie en mots et en images. « En 2016, l’écriture m’a sauvé la vie », explique-t-elle simplement. De cette épreuve sont nés un livre, intitulé Une parenthèse, et un court-métrage, En mon sein, coréalisé avec Kevin Lameta. « Transmettre, c’est ce qui me tient le plus à cœur », précise celle pour qui « il reste fort à faire : informer sur l’importance de l’autopalpation, épauler les aidants et accompagner davantage les femmes dans l’après-maladie ». Des idées comme celles-là, Nathalie n’en manque pas.
Cette touche-à-tout a emprunté des chemins de traverse avant d’atteindre son Graal : vivre de son art. « Être artiste n’était pas un métier pour mes parents », résume-t-elle. Oublié donc les études de cinéma, elle vivra des années durant à rebours d’elle-même, en devenant commerciale dans différentes entreprises. « Mais je sentais que la vie n’était pas là… » Après avoir perdu sa mère, accouché de sa première fille, puis divorcé, elle envoie balader sa vie de bureau en 2010, pour embrasser une carrière artistique. Et les projets s’enchaînent pour cette autodidacte à l’appétit compulsif.

Artiste multifacette
La photo ? « Un jour on m’a offert un reflex… Ma photo sur le pont de Bir-Hakeim a trouvé son public sur Facebook et je suis devenue photographe ! » Sa série de portraits de personnes âgées, posant avec un cliché d’elles lorsqu’elles étaient jeunes*, sera exposée en 2020 à Pantin.
Le théâtre ? « Tout en étant gestionnaire de compagnies théâtrales, je suis devenue comédienne après avoir suivi les cours de l’Actor Studio. » Elle revient d’ailleurs du Festival d’Avignon où elle a incarné l’un des deux rôles principaux dans une pièce libanaise de Mazen Haïdar. Sans parler des ateliers qu’elle donne en milieu carcéral depuis neuf ans et de ceux qu’elle a animés au lycée Lucie-Aubrac en 2017-2018, au cours desquels elle a encadré les lycéens dans la réalisation de portraits vidéo autour de son film Femmes venues d’ailleurs.
Aujourd’hui, Nathalie Rouckout projette de se former à la Femis pour réaliser une série documentaire sur la mort dans le monde. Cette somme s’appellera Pour en finir avec la mort. C’est que, selon elle, « Plus on est proche de la mort, plus on touche à la vérité de la vie. »

* Cette série est baptisée Moi aussi j’ai été jeune, mais vous ne le voyez plus.

En mon sein sur Viméo.

Marcher contre le cancer

Aujourd’hui, une femme sur huit risque de développer un cancer du sein. Avec près de 60 000 femmes touchées et 12 000 décès par an, c’est, en effet, le premier cancer féminin. Lorsqu’il est détecté très tôt, une femme sur deux en guérit. D’où l’importance du dépistage. Or, seules 40 % des femmes participent au programme national de dépistage organisé. Et c’est la raison d’être d’Octobre rose : sensibiliser sur l’importance de la mammographie. Pour cela, un collectif de Pantinoises se mobilise chaque année sous la houlette du pôle Prévention santé de la ville. Samedi 12 octobre, elles organisent une marche de solidarité intitulée Marche pour ta santé.

Samedi 12 octobre. Départ 10.15 de l’hôtel de ville. Arrivée à 12.00 à la mairie du Pré-Saint-Gervais. Animations et restauration dans le Village santé, de 12.00 à 14.00. Gratuit.