© ville de Pantin 

Sport et loisirs

Renaud POINTURIER

« Il a fallu que j’apprenne la technique, comment tenir ma raquette par exemple. Je la tenais comme ça, ce n’était pas bien du tout. »

Publié le

Un enfant de la balle

À 10 ans, Renaud Pointurier est un pur talent du tennis de table qu’il pratique pour la troisième année consécutive.
Premier joueur départemental, classé dans le top 10 régional, il vise dorénavant les championnats de France.
Portrait de Cécile Grès, publié dans Canal n°274, décembre 2018.


Momcilo Mijovic, "  Mijo  " pour faire plus simple, jette sans compter des dizaines de balles de ping-pong sur le sol du gymnase Maurice-Baquet. Elles rebondissent et s’éparpillent joyeusement. Ses élèves arrivent au compte-gouttes, lui tapent dans la main pour le saluer. Président et entraîneur, c’est l’un des membres historiques du club de tennis de table pantinois, faisant partie de l’équipe montée en Nationale 1 en 2003. "  Voilà Renaud ! ", sourit-il. Le garçon de 10  ans, élève en CM2 à Louis-Aragon est ce qu’on appelle, dans le jargon sportif, une pépite.

Repéré il y a trois ans alors qu’il jouait le long du canal sur une table en béton, on lui conseille de venir tester un entraînement "  juste pour voir ". Très vite, il se prend au jeu : "  Il a fallu que j’apprenne la technique, comment tenir ma raquette par exemple. Je la tenais comme ça, ce n’était pas bien du tout…  ", montre-t-il, le pouce d’un côté, l’index et le majeur de l’autre. Aujourd’hui, Renaud s’entraîne deux à trois fois par semaine. Le week-end, il dispute des compétitions qu’il remporte très souvent, ce qui lui permet aujourd’hui d’être numéro un au classement départemental et dans le top 10 du classement régional. "  Renaud a une immense marge de progression technique, c’est un excellent joueur à gros potentiel, estime Mijo. Et plus il va grandir, plus il va gagner en maturité. C’est important, car le tennis de table est un sport qui nécessite un gros mental.  "

" J’aime bien bourriner " 
Le jeune écolier confirme. Lors de sa première année, il se laissait parfois submerger par sa frustration de perdre un point, lâchant des matchs difficiles, ayant du mal à revenir dans une partie mal commencée. " Maintenant, c’est différent, je me sens plus solide. Même si je suis mené 12 - 0, j’y crois et je me dis que je peux le faire. Entre les points, je m’encourage, je me parle " , raconte-t-il avant de lister ses points forts – son service et son coup droit – et ses points faibles – son revers et ses top speed (un effet donné à la balle). Avant de partir s’entraîner, il évoque son joueur préféré, Antoine Hachard, 24 ans, l’un des meilleurs pongistes français et membre du très prestigieux top 100 mondial : " Il attaque même sur des balles difficiles. C’est un joueur offensif, comme moi. J’aime bien bourriner  ", rigole Renaud.

On le constate d’ailleurs quelques minutes plus tard, alors qu’il enchaîne les exercices avec une aisance et une élégance plutôt remarquables. Son objectif de la saison est tout trouvé : participer en juin aux championnats de France. Pour cela, il doit se maintenir en Régionale 1 et être choisi par son district qui n’envoie que les meilleurs : "  Je stresse un peu parfois, je sais que mes adversaires sont forts. Avant, ça m’arrivait d’être impressionné. Maintenant, je me dis que je ne suis pas là par hasard et que je dois croire en moi  ", analyse-t-il. Avec bienveillance, son entraîneur l’observe : "  C’est un bon garçon, il a la tête sur les épaules, je ne me fais pas de souci pour lui.  " Mijo croise également les doigts pour que son élève reste au club le plus longtemps possible avant de céder aux sirènes de plus grosses structures.

Localiser