© ville de Pantin 

Enfance et éducation

Une classe pilote de danse à l'école Sadi-Carnot

Publié le

Une classe artistique, pas élitiste

Fruit d’un partenariat entre le conservatoire de Pantin, géré par Est Ensemble, et l’école élémentaire Sadi-Carnot, une classe pilote dédiée à la danse a vu le jour, il y a trois ans, au sein de l’établissement scolaire. Quinze élèves de CM2 y pratiquent le jazz à raison de trois heures par semaine.
Article de 
Hana Levy, publié dans Canal n°284, décembre 2019

Ils partagent le même bâtiment. Alors, pourquoi ne pas monter un projet commun ? Il faut dire que l’école élémentaire Sadi-Carnot et le conservatoire à rayonnement départemental de Pantin partagent aussi la même ambition : offrir à leurs élèves respectifs un large accès à la culture. «  C’est l’un des enjeux essentiels de l’école publique, qui plus est dans un réseau d’éducation prioritaire comme le nôtre  », commente Nathalie Ollivier, la directrice de l’établissement scolaire qui, depuis trois ans, héberge une classe expérimentale de danse réunissant 15 élèves scolarisés en CM2. À la fin de l’année, tous passeront l’examen de fin de cycle du conservatoire.

Démocratie culturelle
Tout a commencé en 2017. Cette année-là, les 80 élèves de CE1 de l’école Sadi-Carnot participent, une semaine durant, à un stage de découverte de la danse.  Tous passent ensuite un entretien destiné à tester leur motivation… et celle de leurs parents. «  Il fallait s’engager sur trois ans au sein de ce cursus qui pouvait se révéler exigeant, chronophage et fatigant  », précise Nathalie Ollivier. In fine, 40 élèves se portent candidats. Quinze seront sélectionnés. «  Les plus motivés, pas les plus doués !  », tient à préciser Stefania Pavan, leur professeure. Autre prérequis : la mixité sociale. «  Entre deux élèves motivés, nous avons choisi l’enfant qui n’avait jamais eu accès à une éducation artistique, explique Nathalie Ollivier. Cela permet de contrer l’élitisme qui va trop souvent de pair avec ces classes artistiques.  »
En CE2 et CM1, les apprentis danseurs ont suivi 2 heures de cours de jazz et de danse classique par semaine, sur le temps scolaire, à la place des cours de sport. Depuis la rentrée, ils participent à 1 heure 15 de cours supplémentaire, le soir avec des élèves du conservatoire. 

Enseignement de haut vol
La classe pilote bénéficie de conditions optimales d’enseignement. Les leçons sont données dans le plus vaste studio du conservatoire où les élèves sont accompagnés par un pianiste professionnel. Quant au niveau d’exigence élevé, il est porté par Stefania Pavan. Cette professeure diplômée d’État et titulaire du certificat d’aptitude en danse jazz délivré par le ministère de la Culture, enseigne au CND et est aussi chorégraphe. «  La danse développe créativité, concentration et joie de vivre. La persévérance et le goût de l’effort aussi, s’enthousiasme-t-elle. Ce dispositif permet également de rendre la pratique artistique familière, même pour les enfants qui n’étaient pas destinés à danser et n’auraient pas osé pousser les portes du conservatoire.  »
Cette expérience sera reconduite l’année prochaine. Pour l’instant encore appelée «  Projet renforcé danse jazz  », la classe pourrait obtenir le label Chad (classe à horaires aménagés danse) à la rentrée 2020. 

Ce qu’ils en disent

Lucie, 10 ans


" J’ai découvert la danse jazz que je trouve plus physique et plus saccadée que la danse contemporaine. J’ai amélioré mon rythme, ma souplesse, mais aussi ma concentration, ma mémoire et mon vocabulaire. Dans le jazz, on a beaucoup de mots en anglais. Je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de garçons. Ils sont plus forts que je ne le pensais ! Par contre, ça ne m’a pas donné envie de faire une classe Chad au collège parce que je ne veux pas quitter mes copines et les cours du conservatoire. Mais j’ai envie d’essayer d’autres danses et de prendre plus de cours. "

Fanta, 10 ans

" Je n’avais jamais fait de danse avant et nous n’avions jamais été voir un spectacle avec mes parents. J’ai vraiment aimé danser pendant le stage de CE1, un peu comme quand je danse à une fête. Apprendre des nouveaux pas, se regarder dans les yeux, ça me fait du bien ! Ce que je préfère, c’est l’improvisation, ça me donne de l’air. Même si, des fois, j’ai mal aux pieds et je suis découragée. Sur scène, pour le spectacle de fin d’année, je me suis sentie un peu comme une star, j’étais fière et mes parents aussi. Et puis ça m’a rendue plus curieuse en général. C’est une chance cette classe danse et ça m’a donné envie de continuer le jazz au conservatoire. Maintenant, je sais que c’est possible. "

Yannis, bientôt 11 ans

" Je ne connaissais que la danse classique. Avec la classe danse, j’ai découvert le jazz. Je n’ai pas du tout trouvé ça bizarre de faire de la danse, et on ne s’est jamais moqué de moi. D’ailleurs, on est presque autant de garçons que de filles. C’est juste que parfois je suis fatigué et que je préférerais faire du foot. 

Danser me permet de me dégourdir les jambes, de me sentir mieux dans mon corps. Et surtout, ça m’apporte de la joie ! En plus, ça met une bonne ambiance dans la classe même si on doit rester très concentrés pendant les cours de danse. "