Les messages du Maire

Bertrand Kern, le Maire de Pantin s'adresse aux Pantinois dès que l'actualité le nécessite. Cette page regroupe les messages à la population diffusés dans le cadre de la crise sanitaire, et ses allocutions officielles les plus importantes (célébrations mémorielles, ...).

« Madame, Monsieur,
Chères Pantinoises, chers Pantinois,

Depuis maintenant trois semaines, je vous adresse de nouveau un message hebdomadaire relatif à la lutte contre la propagation de la Covid-19, comme j'avais pris l'habitude de le faire au printemps dernier. En matière de situation sanitaire, une amélioration est constatée en Ile-de-France depuis maintenant 10 jours. Le nombre de personnes testées positives à la Covid-19 diminue en Ile-de-France, et notamment en Seine-Saint-Denis. De même au niveau national, même si la situation sanitaire de certaines régions comme l'Auvergne - Rhônes Alpes demeure préoccupante. Le nombre de personnes admises en réanimation est en baisse à l'échelle de l'Ile-de-France, mais représente tout de même près de 1000 patients. Par ailleurs le nombre d'hospitalisations liées à la Covid-19 reste en légère hausse en Seine-Saint-Denis même si la situation tend à se stabiliser, et baisse à l'échelle de l'Ile-de-France. Ainsi, le pic de cette seconde vague semble à priori derrière nous mais la vigilance est toujours de mise.

Désormais les autorités doivent préparer l'après et notamment la campagne de vaccination qui permettra nous l'espérons toutes et tous d'envisager un retour de nos vies à la normale. Dans l'attente et jusqu'à la prochaine prise de parole présidentielle prévue la semaine prochaine, les règles en vigueur depuis le 30 octobre dernier sont toujours d'actualité. Ainsi nos déplacements sont possibles pour aller travailler, rendre visite à un proche en difficulté, faire des courses ou encore pour se rendre à un rendez-vous médical. Une attestation est nécessaire pour se déplacer, elle est notamment disponible sur le site de la ville de Pantin : pantin.fr.

Cette semaine j'ai réuni les élus de la majorité afin de formaliser la réponse sociale et humanitaire de la ville de Pantin à cette crise. En effet, même si ce confinement est dit "allégé" et implique une organisation tout à fait différente de ce que nous avons connu, il a des conséquences sociales et économiques de plus en plus alarmantes. Au niveau institutionnel, le Maire que je suis se sent un peu seul face à l'urgence sociale et la vague de précarité que nous voyons arriver. Nous travaillons étroitement avec les associations solidaires du territoire qui, avec l'ensemble des acteurs sociaux, nous alertent car elles ont déjà vu leur nombre de bénéficiaires augmenter à Pantin.
Ainsi un conseil d'administration exceptionnel du Conseil Communal d'Action Sociale s'est tenu cette semaine et nous permettra dès la semaine prochaine d'augmenter notre capacité à allouer des aides d'urgence à destination des Pantinoises et Pantinois les plus fragiles. Ainsi il sera proposé d'élever le plafond des aides d'urgence, de pouvoir les renouveler (puisqu'elles relèvent normalement de l'exception), et la conditionnalité de résidence à Pantin sera ramenée de 1 an à 6 mois. Ces aides d'urgence sont allouées après un examen lors d'une commission présidée par mon adjoint aux affaires sociales Bruno Carrère.
J'ajoute qu'à compter de la semaine prochaine la ville financera des repas solidaires préparés par le Relais Restauration. Ces repas à destination des publics les plus en difficulté suivis par le pôle social de la ville ou repérés par nos partenaires associatifs lors de leurs maraudes (Le Refuge, le Secours Populaire, les Restos du Coeur, la Protection Civile) permettront de soutenir économiquement le restaurant d'insertion Le Relais. Pourront en bénéficier des étudiants isolés, des personnes sans domiciles fixes ou encore des familles déjà suivies en accompagnement social. Les personnes en difficulté qui en ressentent le besoin peuvent contacter le pôle social de la ville pour un examen de leur situation au cas par cas. Comme évoqué lors de mes précédents messages hebdomadaires, les services publics municipaux restent pour la plupart en activité, à l'exception des animations collectives, et le centre administratif est ouvert avec un accueil sur rendez-vous (01 49 15 40 00).

J'ai également décidé qu'une 4ème distribution de masques en tissu sera effectuée par la ville. Ces masques ont été commandés et seront livrés dans les boîtes aux lettres des Pantinoises et des Pantinois courant décembre. De même, puisque le port du masque des enfants est désormais obligatoire à l'école dès l'âge de 6 ans j'ai décidé que chaque enfant scolarisé à Pantin, du CP au CM2, sera doté de 5 masques lavables offerts par la ville. Comme lors de la première distribution de masques chirurgicaux à la rentrée des vacances de la Toussaint, cette distribution se fera en lien avec les écoles, courant décembre.

Les élus et les agents de la ville de Pantin sont mobilisés pour vous accompagner au mieux dans cette crise. L'amélioration de la situation sanitaire doit encore se confirmer et nous devons d'ici là poursuivre nos efforts en limitant toujours nos déplacements et nos interactions. Je renouvèle toute ma reconnaissance au personnel soignant qui nous permettra de venir à bout de cette pandémie.

Prenez soin de vous et de vos proches ! »

Bertrand Kern
Maire de Pantin

« Madame, Monsieur,
Chères Pantinoises, chers Pantinois,

Cette semaine, avec des représentants des associations d'anciens combattants et quelques élus, nous avons rendu hommage aux combattants morts pour la France lors de la Première Guerre mondiale, à l'occasion du 102ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918. Cette cérémonie, sans public en raison du contexte sanitaire, avait un caractère particulier au regard des dernières attaques proférées à l'encontre de la République. Lors de cette cérémonie j'ai tenu à souligner l'importance du devoir de mémoire, mais aussi rappeler que la dignité humaine, le respect des libertés de croyance et d’opinion, et la recherche du progrès sont autant de valeurs communes que nous devons défendre ensemble et sans cesse réaffirmer. Aujourd'hui, cinq ans après le 13 novembre 2015, cinq ans après les attaques du Bataclan, du Stade de France et « des terrasses » nous ne devons rien oublier des 130 victimes assassinées, nous ne devons rien pardonner aux barbares islamistes qui ont fauché ces vies. 

Aujourd'hui, comme chaque vendredi, il me revient de vous tenir informés de la situation sanitaire liée à l'épidémie de Covid-19 et des conséquences sur les services publics municipaux. Pour ce qui relève de la situation sanitaire, des premiers signes encourageants apparaissent puisque le taux d'incidence, à savoir le nombre de personnes testées positives à la Covid-19 pour 100 000 habitants, diminue en Seine-Saint-Denis comme en région Ile-de-France et plus globalement sur le territoire national. Toutefois, en Seine-Saint-Denis, comme en région Ile-de-France, les hospitalisations liées à la Covid-19 sont toujours en hausse, même si le rythme semble ralentir.

A l'échelle de l'Ile-de-France, l'activité hospitalière reste terriblement élevée, avec, notamment, un taux d'occupation des lits en réanimation de 99% ! Enfin, il ne faut jamais cesser de le répéter, ce virus continue d'être fatal : le 10 novembre, notre département a atteint le chiffre de 10 décès par jour liés à la Covid-19. 
Il est donc impératif de rester vigilants en respectant les gestes barrières et en limitant autant que possible nos déplacements.   

Hier le Premier ministre a fixé un nouvel agenda : les mesures en vigueur depuis maintenant deux semaines resteront les mêmes au moins jusqu'au 1er décembre. Ainsi, le travail à distance doit être privilégié dès que possible, les bars et les restaurants restent fermés, ainsi que les commerces considérés comme "non essentiels". Nous pouvons nous déplacer pour aller travailler, faire nos courses ou encore pour nous rendre à un rendez-vous médical. Il nous faut remplir une attestation, que vous pouvez télécharger sur le site de la ville. Les établissements scolaires restent ouverts, avec depuis la semaine dernière la possibilité de faire classe à distance dans les lycées. Dans les écoles le port du masque est désormais obligatoire pour les enfants, dès l'âge de 6 ans. Plus généralement, les services publics municipaux continuent de fonctionner à l'exception des animations collectives. L'accueil se fait sur rendez-vous au centre administratif ( 01 49 15 40 00) et dans les maisons de quartiers qui maintiennent leurs activités au titre de mairies annexes. Les Centres municipaux de santé sont naturellement ouverts, et proposent depuis cette semaine des tests antigéniques qui permettent d'avoir des résultats très rapides. Ces tests sont aussi disponibles dans des pharmacies pantinoises que la ville accompagne dans leur organisation pour permettre un accès le plus large possible. Enfin le centre de dépistage Covid à l'espace Cocteau propose toujours des test PCR, sur prescription médicale le matin et pour tout le monde l'après-midi. 

Prenez soin de vous !  »

Bertrand Kern
Maire de Pantin

« Madame la Conseillère Départementale, Florence Laroche,
Mesdames et Messieurs les élus,
Monsieur le Président du Comité d’Entente, Jean Pierre Borderie,
Mesdames, Messieurs les Porte-drapeaux, Anciens combattants,
Mesdames, Messieurs,

Cette commémoration du 102ème anniversaire de l’armistice du 11 novembre 1918 revêt un caractère particulier.
Non seulement parce que la crise sanitaire nous oblige une nouvelle fois à célébrer la paix en comité restreint, mais aussi, car, en cette période où les valeurs de la République sont à nouveau attaquées, nous devons plus que jamais réaffirmer notre attachement aux valeurs républicaines : Liberté, Égalité, Fraternité, Laïcité !

Si nous nous retrouvons ici c’est pour rendre hommage à tous ceux qui ont participé au combat. 102 ans après la fin de la première guerre mondiale, la mémoire des derniers combattants vivants s’est éteinte, et notre devoir c’est de se souvenir ensemble pour que nos enfants et les jeunes générations ne soient pas ignorants de leur passé.

Le 11 novembre 1918, l’armistice signé à Rethondes mettait fin à une guerre longue et douloureuse. Il marquait la fin des empires le début d’un nouveau monde articulé sur un nouveau printemps démocratique des peuples.
Il revient aux peuples héritiers d'une grande et même culture européenne et qui ont été meurtris dans une histoire commune, de bâtir maintenant, dans l'Europe et par l'Europe, l'avenir de leurs enfants.
Il est impossible de mesurer ce que fût ce conflit. La boue des tranchées, l’odeur du sang et de la crasse, les vies fauchées pour quelques mètres gagnés sur le front, les maladies, le bruit des obus, la peur constante, le froid ont arraché des centaines de milliers de vie de fils de France qui n’avaient pas 20 ans.

Commémorer, c’est porter témoignage de cette souffrance indélébile due à la Première guerre. C’est rendre hommage à toutes celles et tous ceux qui firent le sacrifice de leur vie.
On compte en France 265 nécropoles nationales où reposent 740 000 corps et près de 2 000 carrés militaires communaux.

Aujourd’hui, dans nos villes, dans nos villages, du fait de la crise sanitaire, même si toutes les générations ne peuvent se rassembler et se recueillir ensemble devant les Monuments aux Morts, il nous revient de perpétuer ce travail de mémoire, cette indispensable lutte contre l’oubli.

Dans notre ville, au cimetière parisien de Pantin, dans le carré militaire français, reposent les combattants des deux guerres, les nombreuses croix blanches côtoient les stèles musulmanes.
Quelles que soient leurs origines, leurs pays, leurs cultures, leurs religions, des hommes se sont battus ensemble, ont soufferts ensemble, sont morts ensemble et beaucoup ont été enterrés ensemble dans la terre de France.

Bien au-delà de cette distinction, ces hommes sont unis par la mort : Emile Duchesne, Mohamed Ben Ali, Pierre Gaultier, Salah Ben Ahmed, René Picard, Ali Ben Youssef, Mamadou Diouf, et bien d’autres encore, ont comme point commun cette plaque si précieuse « Morts pour la France ». Ils avaient des croyances religieuses différentes , ils ont eu une communauté de destin tragique au service de cette idée magnifique : la République en danger mérite qu’on lui donne la vie.

Cette paix qu'ils ont su gagner, c'est à nous de la préserver ! C’est à nous de la renforcer ! « Penser aux morts c’est assurer la survie des gens qu’on a aimés en attendant que les autres le fassent pour vous. C’est un devoir de mémoire » a écrit François Mitterrand.

Aujourd’hui, je ne veux pas oublier non plus qu’il y a presque 5 ans, les attentats du 13 novembre 2015 faisaient 130 morts et 351 blessés. Tous victimes de la barbarie islamiste. Tous victimes d’une nouvelle guerre déclarée à la République, à ses valeurs et à tout ce qu’elle inspire. N’importe qui peut être atteint, cela peut être vous, moi, nos enfants.

Je veux y penser parce qu’il y a maintenant presque un mois, ces assassins ont provoqué cet acte innommable sur celui qui faisait profession d’enseigner et d’éveiller les esprits critiques. Il y a quelques jours, ce fut à Nice que trois personnes sont mortes parce qu’elles existaient tout simplement. Peu importe ce qu’elles croyaient, rien ne saurait expliquer ces meurtres froids. La semaine dernière c’était à Vienne, là aussi parce que les Viennoises et les Viennois vivaient.

À l’heure où des barbares attaquent la République, les républiques, les démocraties, les jeunesses d’aujourd’hui et de demain doivent savoir qu’il fut un temps où des Français se sont battus jusqu’à la mort pour ne pas tomber sous le joug d’une puissance étrangère et rester libres de leur destin.
Leur courage nous honore. Tout comme Samuel Paty, professeur d’histoire, assassiné pour avoir défendu la liberté d’expression et la liberté d’enseigner.

Les jeunesses d’aujourd’hui et de demain doivent aussi savoir que nous ne pourrons vaincre qu’en restant unis pour combattre et vaincre les ennemis de notre République.
Les jeunesses d’aujourd’hui et de demain doivent enfin savoir que cela passe par le devoir de mémoire. L’Histoire n’est pas qu’une discipline scolaire, elle est le recueil des mémoires des peuples, la dépositaire des explications de ce qui fut pour éclairer ce qui sera. Comme le disait si bien le Maréchal Foch : « un homme sans mémoire est un homme sans vie, un peuple sans mémoire est un peuple sans avenir.»

La dignité humaine, le respect des libertés de croyance et d’opinion, la recherche du progrès sont autant de valeurs communes que nous devons défendre ensemble et sans cesse réaffirmer.

Je veux conclure par ces mots du philosophe Henri Pena Ruiz parce qu’ils disent tout de l’état d’esprit républicain : «La laïcité est une valeur essentielle, avec ce souci de la liberté de conscience et de l'égalité de tous les hommes, qu'ils soient croyants, athées ou agnostiques. L’idéal laïc est un idéal positif d'affirmation de la liberté de conscience, de l'égalité des croyants et des athées et de l'idée que la loi républicaine doit viser le bien commun et non pas l'intérêt particulier.

Vive la République
Vive la Liberté
Vive l’Égalité
Vive la Fraternité
Et vive la Laïcité. »

Bertrand Kern
Maire de Pantin

« Madame, Monsieur,
Chères Pantinoises, chers Pantinois,

Depuis une semaine, désormais, nous sommes entrés dans une nouvelle phase de confinement, décidée dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19. Le respect des gestes barrières est plus que jamais indispensable pour contraindre au maximum la propagation du virus, qui actuellement est en pleine expansion avec une forte augmentation du nombre de cas et de victimes. Nous sommes appelés à limiter nos déplacements à certaines situations (travailler, accompagner les enfants à l'école, faire ses courses alimentaires, etc.), munis d'une attestation. Ces nouvelles règles en vigueur depuis la semaine dernière sont rappelées en détail sur le site de la ville sur la page Covid-19 : nouvelles mesures sanitaires.

En réunion cet après-midi avec le préfet, il m'a été indiqué une nouvelle mesure qui concerne la Seine Saint Denis et Paris : pour éviter d'éventuels attroupements, la vente à emporter est interdite après 22h et jusqu'à 6h du matin. Les livraisons restent possibles après 22h, sauf pour de l'alcool.

Pour ce qui relève de l'organisation de la mairie, je l'exposais la semaine dernière : puisque l'accès aux services publics doit être maintenu, l'ensemble des équipes de la ville poursuit son activité, en télétravail dès lors que cela est possible. Le centre administratif est ouvert du lundi au vendredi (8h30-12h30 / 13h30-17h30) et l'accueil se fait sur rendez-vous. De même, les maisons de quartier restent ouvertes aux horaires habituelles, mais avec un accueil réduit sur rendez-vous, et désormais uniquement dans le cadre de leurs fonctions de mairies annexes. En effet, les animations collectives ne peuvent plus se tenir. Les parcs et jardins restent aussi ouverts (9h - 19h), mais tout comme sur l'espace public, les regroupements de plus de 6 personnes sont interdits. Les Centres municipaux de santé sont bien entendu ouverts, et le centre de dépistage Covid, à l'espace Cocteau, poursuit son activité. Dès la semaine prochaine, les CMS pourront proposer des tests antigéniques permettant d'avoir des résultats très rapides. Des pharmacies pantinoises ont déjà commencé à pratiquer ces tests antigéniques, la ville de Pantin les accompagne dans leur organisation pour permettre un accès le plus large possible.

La reprise de la classe s'est faite lundi dernier dans un contexte grave et solennel puisqu'à la suite du drame de Conflans-Sainte-Honorine, une cérémonie d'hommage à Samuel Paty s'est tenue dans tous les établissements scolaires. J'ai souhaité être aux côtés de la communauté éducative et je me suis donc rendu à cette occasion à l'école élémentaire Joliot-Curie où c'est avec une grande dignité que les élèves, les enseignants et les personnels, réunis dans la cour autour du directeur de l'école, ont rendu hommage à cet enseignant, assassiné pour avoir exercé son métier.

Les écoles ont accueilli de nouveau les élèves avec un protocole sanitaire modifié dont la principale nouveauté concerne le port du masque pour les enfants dès l'âge de 6 ans. Je remercie les parents d'élèves qui dans leur grande majorité ont eu la possibilité de s'organiser pour doter leurs enfants. La ville a également distribué des masques adaptés aux enfants dans toutes les écoles et tous les centres de loisirs, pour celles et ceux qui n'avaient pu le faire.

Cette semaine de nombreux maires ont pris des arrêtés pour faire annuler la fermeture des commerces non-essentiels, décidée par le Gouvernement dans le cadre de la lutte contre la pandémie. Si je concède que dans cette crise sanitaire les mesures du Gouvernement, sont loin d'être toujours claires et logiques, c'est même le contraire, je ne suis pas partisan de prendre des arrêtés inefficaces et illégaux. Nos petits commerces sont indispensables à la vie de quartier et au rayonnement d'une ville, c'est pourquoi, ils doivent être soutenus dans cette période de crise. J'invite les Pantinoises et les Pantinois qui le peuvent à réserver leurs commandes et à les retirer dans les commerces proposant des " Click & Collect ". Les équipes de la ville travaillent actuellement à leur recensement pour diffuser une liste sur le site de la ville et favoriser les achats de proximité.

La semaine prochaine la cérémonie du 11 novembre se tiendra à Pantin dans un format très réduit et adapté au contexte sanitaire. J'ai souhaité maintenir son organisation et honorer notre devoir de mémoire, comme je l'avais fait pour les cérémonies durant le confinement du printemps dernier. Mais cette cérémonie se tiendra sans public afin de respecter les consignes sanitaires.

Les agents et les élus de la ville demeurent entièrement mobilisés pour vous accompagner dans cette période difficile. J'appelle également chacune et chacun au respect des règles en vigueur, en limitant au maximum nos déplacements et nos interactions. J'adresse enfin toute ma reconnaissance au personnel soignant qui à nouveau se bat pour lutter contre cette pandémie.

Prenez soin de vous »

Bertrand Kern
Maire de Pantin

« Madame, Monsieur,
Chères Pantinoises, Chers Pantinois,

C'est à regret que je reprends une habitude prise lors du confinement précédent avec une communication hebdomadaire à votre intention. Depuis hier soir minuit, notre pays est entré dans une nouvelle phase de confinement, décidée par le Président de la République dans le cadre de la lutte contre la propagation de la Covid-19. Le respect des gestes barrières est plus que jamais primordial si nous voulons enrayer cette pandémie. Et nous devons à nouveau limiter nos déplacements à certaines situations - travail, accompagner ses enfants à l'école, se rendre à un rendez-vous administratif, etc - détaillées dans la nouvelle attestation téléchargeable sur le site de la ville. 

Ce nouveau confinement est dit "allégé" et implique une organisation tout à fait différente de ce que nous avons connu. Néanmoins je suis conscient des difficultés sociales et économiques que ce nouveau confinement imposera à de nombreux Pantinoises et Pantinois et commerçants locaux. Dans la mesure du possible nous mettrons tout en œuvre pour les accompagner au mieux dans cette épreuve.

Pour ce qui relève de l'organisation de la mairie, une grande partie des services publics seront maintenus dès lors qu'ils entrent dans le cadre fixé par le Gouvernement ( travaux, écoles, etc.). A l'exception de certaines activités relevant d'animations collectives ou culturelles désormais impossibles, les services de la ville maintiendront tous une activité réduite (puisque nous devons limiter les déplacements), et à distance dès lors que cela est possible. Les agents dont les services doivent fermer seront déployés vers d'autres tâches.  
Concrètement, le centre administratif sera ouvert mais l'accueil se fera sur rendez-vous (01 49 15 40 00). Puisque les écoles restent ouvertes, l'accueil dans les centres de loisirs y est maintenu, tout comme la restauration et l'entretien des locaux. De même pour les crèches, où les enfants sont toujours accueillis. L’École Municipale des Sports (EMIS) maintient également ses activités. En revanche, les maisons de quartier ne poursuivent que leurs activités au titre de mairies annexes, et les antennes jeunesse sont fermées à l’exception des activités de soutien scolaire. Les Centres Municipaux de Santé sont bien entendu ouverts, tout comme l'aide au maintien à domicile et les activités du service social qui sont maintenues. Enfin, les équipes de la médiation et de la Police Municipale poursuivront leur action, tout comme les gardiens de parc. Aussi, à noter, puisque cela est autorisé, que les parcs et jardins de la ville restent ouverts, selon les horaires 9h - 19h. Les équipes de la propreté poursuivent également leur tâche, comme cela était déjà le cas au printemps. Et cette fois-ci nous pouvons également poursuivre les chantiers et travaux en cours dans les différents quartiers de la ville.
Dès ce week-end, le protocole sanitaire sera renforcé pour les marchés forains. Des barrières seront à nouveau en place pour y marquer un sens unique de cheminement, et du gel hydroalcoolique y sera mis à disposition.

Par ailleurs, le port du masque pour les enfants dès l'âge de 6 ans sera obligatoire à compter de lundi. Parce que je sais que de nombreux parents n'auront pas la possibilité d'équiper leurs enfants d'ici lundi, j'ai souhaité que la ville commande un stock de masques jetables adaptés aux enfants, ce qui nous permettra d'équiper tous les petits pantinois au moins pour la première journée de classe.

En parallèle de cette situation sanitaire préoccupante, nous traversons également une situation dramatique avec les dernières attaques terroristes qui ont endeuillé notre pays à Conflans-Sainte-Honorine et à Nice. Lors de la rentrée scolaire, les équipes enseignantes des écoles élémentaires, des collèges et des lycées sont appelées à observer une minute de silence, à 11h15, avec les élèves afin de rendre hommage à Samuel Paty et à affirmer l'unité de la communauté éducative autour de la défense des valeurs de la République, de la laïcité et de la liberté d'expression. La Municipalité s'associe à la communauté éducative pour cet hommage.
Que ce soit sur le front de la lutte contre l'épidémie de Covid-19 ou pour la défense de notre République et de ses valeurs intrinsèques, vous pouvez compter sur la mobilisation des agents et des élus de la Ville de Pantin.

Prenez soin de vous ! »

Bertrand Kern
Maire de Pantin

Bertrand Kern, Maire de Pantin, et la municipalité ont souhaité rendre hommage à Samuel Paty, professeur d'histoire géographie, assassiné le vendredi 16 octobre 2020.
Ce discours constitue aussi le texte éditorial du magazine Canal n°291 (novembre 2020).

« Mesdames et Messieurs les élus,
Mesdames et Messieurs,

En propos liminaire, je souhaite vous remercier d’être aussi nombreux pour ce rassemblement. Le Maire que je suis y voit le signe que dans ces moments terribles nous savons immédiatement nous réunir.

Nous sommes réunis aujourd’hui alors que nous ne devrions pas. Nous sommes réunis aujourd’hui pour rendre hommage à l’homme qui a été assassiné vendredi d’une manière abominable, d’une manière barbare. Il a été tué parce qu’il a exercé son métier. Il a été sauvagement tué uniquement parce qu’il a exercé son métier. Il était professeur d’histoire géographie. Il enseignait à des enfants pour qu’ils puissent, dans notre République, exercer leur esprit critique, user de la liberté d’expression. Et pour cela, exclusivement pour cela, il a été assassiné. Ne nous trompons pas, cet assassinat, ce n’est pas l’œuvre d’un fou. C’est l’acte délibéré d’un terroriste au service d’une idéologie qui veut la ruine de notre république : l’islamisme radical.

Nous ne pardonnerons pas. Nous n’oublierons pas. Cet homme, ce professeur d’histoire géographie s’appelait Samuel Paty. Comme tous ses collègues professeurs, il est le fer de lance de la république, la lumière face à l’obscurantisme. Souvenons-nous de lui. Souvenons nous de son nom.
Pour lui, pour toutes celles et ceux qui sont morts, victimes du terrorisme islamiste, soutenons toutes celles et tous ceux qui, aujourd’hui, demain, font et feront que la République puisse encore, toujours, répandre les idéaux de liberté, d’égalité, de fraternité et de laïcité.

Mesdames, Messieurs, en mémoire de Samuel Paty, je vous demande une minute de silence. »

Bertrand Kern
Maire de Pantin

À l'occasion de la rentrée scolaire, le Maire de Pantin, Bertrand Kern, revient sur les dernières annonces préfectorales et détaille l'organisation municipale alors que le département vient d'être classé à nouveau en zone rouge.

« Chères Pantinoises, chers Pantinois,  

Depuis le mois de juin la situation sanitaire de notre pays face à l’épidémie de Covid-19 s’est améliorée.
On constate néanmoins ces dernières semaines une reprise des contaminations, notamment en région parisienne qui est une zone géographique très peuplée.
Nous sommes nombreux à partager cette conviction : la plus grande prudence s’impose.

Depuis le 28 août, nous devons porter le masque quand nous nous déplaçons partout en ville. à Paris, comme dans les 3 départements de la petite couronne, la mesure concerne toute personne de 11 ans et plus circulant à pied ou en deux-roues. En revanche, l’effort physique dispense du port du masque les joggeurs et les cyclistes. Datant de juillet, l’obligation préfectorale de porter le masque dans les lieux publics clos est maintenue.

L’organisation de la rentrée est un sujet majeur pour les familles. Pour nos enfants, dans nos écoles, cantines, centres de loisirs et crèches, la ville met en place avec rigueur les protocoles sanitaires définis par les autorités ministérielles, protocoles qu’elle renforce parfois quand elle l’estime indispensable.

Dans tous les équipements municipaux et à chaque fois que la ville organise des activités, les gestes barrières sont respectés en continu depuis le déconfinement. J’ai demandé à mon administration qu’ils soient appliqués le plus strictement possible et renforcés si nécessaire.

Cette rentrée scolaire est particulière. Nous serons évidemment accompagnés par les services préfectoraux, de l’éducation nationale et de l’Agence régionale de santé (ARS) si des cas de Covid-19 sont détectés. Nous serons alors en mesure de réagir au mieux dans les délais les plus courts et de vous informer en toute transparence des dispositions prises.

Ma priorité absolue est d’éviter tout « cluster » dans notre commune.

La rentrée est traditionnellement assortie de temps festifs. Cette année, j’ai décidé d’annuler certains événements à très forte participation, dont l’organisation ne garantissait pas le respect des gestes barrières et la distanciation physique. D’autres événements en revanche sont maintenus avec un dispositif de sécurité spécifique. Pas de Fête des retrouvailles ni de Foulées pantinoises donc, mais un Week-end de rentrée permettant de profiter du salon des associations, de la kermesse nautique et de la traditionnelle brocante des enfants. Les Journées
européennes du patrimoine
et l’ouverture de la Saison culturelle pourront aussi avoir lieu selon une organisation aménagée du fait de la situation.

Enfin, et toujours avec cet objectif qui me tient à cœur depuis le début de la crise, à savoir limiter la propagation du virus, vous trouverez joints à cette lettre, deux masques lavables.
C’est la troisième distribution gratuite de masques à destination de tous les foyers pantinois et j’en suis très fier.

Je sais combien nous aimerions tous reprendre une vie normale. Mais aujourd’hui, notre normalité, c’est que collectivement et individuellement, nous veillions à être respectueux des mesures de prévention pour que le plus vite possible, cette pandémie soit derrière nous.

Je vous souhaite à toutes et tous une belle rentrée. »

Bien à vous,

Bertrand Kern
Maire de Pantin


« Madame, Monsieur, 
Chères Pantinoises, Chers Pantinois, 

Comme chaque semaine depuis la mi-mars, je tiens à vous informer des mesures prises dans le cadre de l'épidémie de Covid-19 et désormais des mesure relatives au déconfinement. Notre département est toujours classé "orange" et nous avons pris acte de la deuxième étape de déconfinement annoncée la semaine dernière, dans l'attente de la troisième attendue à partir du 22 juin.

Cette semaine nous avons pu rouvrir des parcs et des jardins de la ville, d'autres rouvriront la semaine prochaine. Les bars et restaurants disposant d'une terrasse ont pû reprendre leurs activités, en respectant un protocole strict (port du masque obligatoire pour le personnel et distanciation d'un mètre entre chaque table). Tous les commerces de moins de 70 000 m2 ont également été autorisés à rouvrir. Les city-stades, gymnases, stades et piscines doivent eux restent fermés jusqu’au 22 juin ainsi que les cinémas.

En vue de la semaine prochaine, il est à noter que le centre administratif est désormais ouvert aux horaires habituels du lundi au vendredi (8h30 à 12h30 et de 13h30 à 17h30) mais restera fermé le samedi. Pour toute question, le standard de la mairie est joignable au 01 49 15 40 00, et le site de la ville est mis à jour au fur et à mesure. 

Concernant l'organisation dans les écoles, de nouvelles modalités décidées par le ministre de l'Education Nationale entreront en vigueur à partir de la semaine prochaine.
Pour rappel, à Pantin, depuis le 18 mai, toutes les écoles sont ouvertes mais à un petit nombre d'élèves identifiés prioritaires pour des raisons scolaires, sociales ou économiques, ou parce que leurs parents sont mobilisés dans la crise. Ce système a permis une rentrée partielle et progressive, dans le respect des contraintes très strictes fixées par l'Etat. Cette semaine, environ 800 enfants ont ainsi été accueillis. 
À partir de la semaine prochaine, tous les enfants des parents volontaires pourront être accuellis dans les écoles, sans critères de priorité, mais toujours dans le respect du protocole sanitaire. Concrètement, un plus grand nombre d'enfants pourra être accueilli, mais le plus souvent pas tous les jours et par roulement. Dans un courrier commun diffusé cette semaine, nous avons, avec l'Inspecteur de la circonscription de Pantin, détaillé cette organisation et invité tous les parents à faire savoir leur choix auprès de l'école de leur enfant. En complément, la ville met en place le dispositif "2S2C" (santé, sport, culture et civisme), en partenarait avec l'Education nationale, afin d'accueillir quelques élèves supplémentaires sur le temps scolaire et dans certains centres de loisir. La participation des élèves aux "2S2C" est définie par les équipes enseignantes qui centralisent les choix et situations des familles. Toutes les informations relatives sont disponibles sur la page : Écoles : vie scolaire et périscolaire.
J'ai bien conscience que la situation est loin d'être idéale pour de nombreuses familles. La Ville fait son maximum pour permettre la reprise de la classe. Certaines études encouragent la levée du protocole sanitaire tel qu'il est défini aujourd'hui. Dans le même temps notre département est toujours classé "orange", et le nombre de cas Covid est stable voir légèrement à la hausse. Aussi nous restons vigilants et respectons strictement les mesures sanitaires. Si le protocole est assoupli, c'est bien volontiers que nous élargirons encore l'accueil des enfants pantinois.

En matière de circulations douces et des nouveaux aménagements cyclables temporaires, nous avons atteint en milieu de semaine le cap des 1000 verbalisations pour stationnement gênant sur les pistes depuis la mi-mai. Et nous continuerons à verbaliser massivement pour lutter contre le stationnement sauvage qui met en danger les usagers, qu'ils soient à vélo ou à pieds. 

Certaines et certains m'interrogent à ce sujet : progressivement, les différents projets et chantiers de la ville reprennent peu à peu. Logiquement, la crise sanitaire aura engendré des retards. J'ai déjà eu l'occasion de faire le point sur le nouveau conservatoire et la réhabilitation de la piscine Leclerc. Je reviendrai de façon plus détaillée dans les prochains jours sur d'autres projets en cours dans la ville. 

Enfin, et au risque de le répéter : si les signaux positifs en vue d'une fin de la pandémie se vont désormais plus nombreux, restons vigilants et gardons les bonnes pratiques prises durant ces dernières semaine en matière de gestes barrières. 

Je vous souhaite à toutes et tous un agréable week-end.

À bientôt, »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 


« Madame, Monsieur, 
Chères Pantinoises, Chers Pantinois, 

Depuis ma première lettre hebdomadaire d’information relative à la lutte contre la propagation du Covid-19, près de 11 semaines se sont maintenant écoulées. La première lettre visait à vous informer des mesures prises dans le cadre du confinement, et globalement de la fermeture des équipements municipaux accompagnée de la mise en place d’un plan de continuité d’activités destiné à assurer les missions indispensables et urgentes.
Après 8 semaines, à compter du 11 mai, nous avions entamé une première étape du déconfinement, avec la possibilité de circuler sans autorisation dans la limite d’un rayon de 100km, la préparation de la rentrée scolaire très partielle et progressive, le retour partiel des transports en commun et l’aménagement de pistes cyclables temporaires pour favoriser les déplacements à vélo, et le retour de certaines activités et services municipaux. 
Aujourd’hui, et suite à la prise de parole du Premier ministre hier, le retour progressif à la normale se confirme avec cette deuxième étape de déconfinement. Les gestes barrières, le port du masque dans les endroits clos et la distanciation sociale restent pour autant d’actualité car le virus circule toujours !

Notre département est désormais classé "orange". Aussi, à partir de mardi 2 juin nous pourrons à nouveau circuler sans autorisation et sans limitation de distance. 
Après la réouverture partielle des écoles et le retour des marchés, les parcs et jardins vont pouvoir également rouvrir. Dès ce week-end, chaque quartier de la ville pourra bénéficier de l'ouverture d'un espace vert, à savoir le parc Stalingrad, le square du 19 mars 1962, le parc Henri Barbusse, le parc des Courtillières et le square Lapérouse / Jacques Brel.
Dans les départements classés "orange" comme le nôtre, seules les  terrasses des bars et restaurants qui en disposent pourront rouvrir dès le mardi 2 juin. Un protocole strict devra être appliqué : port du masque obligatoire pour le personnel et distanciation d'un mètre entre chaque table. Les restaurateurs devront donc appliquer une sorte de "code de bonne conduite sanitaire" pour leurs personnels et leurs clients.
Tous les commerces de moins de 70 000m2 sont autorisés à rouvrir. Les city-stades, gymnases, stades et piscines doivent eux restent fermés jusqu’au 22 juin ainsi que les cinémas.

Pour toute question, le standard de la mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30). À partir des 2 et 3 juin, vous pourrez retrouver l'ensemble des informations sur la page Plan de reprise de l'activité municipale.

Depuis le 18 mai, plus de 500 élèves identifiés comme prioritaires ont repris le chemin des écoles pantinoises dans le cadre d’une rentrée partielle et progressive. À partir de mardi, ce sont plus de 800 nombre d’élèves qui seront accueillis, toujours sur la base du volontariat des parents. La progressivité de cette reprise fait ses preuves et va s’amplifier dans les semaines à venir.

Cette semaine un temps fort de notre vie municipale s’est tenu dans des conditions toutes particulières : l’installation de notre nouveau Conseil municipal. J’ai déjà eu l’occasion de revenir dessus dans une autre publication : la séance s’est tenue au sein du gymnase Maurice Baquet dans le plus strict respect des mesures sanitaires et vos 45 nouvelles et nouveaux élus ont été officiellement installés. J’ai eu l’honneur d’être réélu Maire de Pantin pour les 6 prochaines années. Vous pourrez trouver le discours que j’ai adressé à cette occasion et la vidéo réalisée en direct sur la page du Conseil municipal
Je tiens à nouveau à remercier les électrices et les électeurs qui le 15 mars dernier m’ont accordé leur confiance.

Cette semaine également, j’ai effectué une visite sur site pour évaluer les pistes cyclables temporaires récemment aménagées. Aux côtés de Stéphane Troussel, président du Conseil Départemental, et de Fayçal Douhane, sous-préfet de la Seine-Saint-Denis, nous avons pu observé nous aussi que du stationnement gênant entrave le bon usage de ces nouveaux aménagements et met en danger les usagers du vélo. C’est pourquoi j’ai demandé au président du Conseil Départemental de renforcer les aménagements que ses équipes ont réalisés sur la RN2 et la RN3, en ajoutant par endroits des balissettes, et au sous-préfet de poursuivre la mobilisation de la Police Nationale aux côtés de la Police Municipale pour verbaliser massivement. L’usage du vélo doit être encouragé, particulièrement en cette période où la distanciation physique est toujours la règle, et plus généralement pour limiter l’usage des véhicules polluants. Pour cela nous devons permettre à celles et ceux qui peuvent se déplacer à vélo de le faire en toute sécurité. 

Cette deuxième vague de déconfinement nous permettra de retrouver une vie presque normale à partir de mardi, dans l'attente d'une troisième étape attendue à partir du 22 juin. D'ici là, soyons vigilants car le virus circule toujours, et gardons les bonnes pratiques prisent durant ces dernières semaine en matière de gestes barrières. 

Je vous souhaite à toutes et tous un agréable week-end.

À bientôt »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 

Le nouveau Conseil municipal de Pantin a été officiellement installé, le 27 mai 2020. À cette occasion, le Maire Bertrand Kern prononce le premier discours de son mandat.

« Monsieur le Président d’Est Ensemble
Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux
Chers collègues,

Tout d’abord, je veux vous remercier pour votre confiance. Ce vote me donne la grande responsabilité d’être à nouveau le Maire de Pantin, le Maire de toutes les Pantinoises et de tous les Pantinois pour les six prochaines années. Cela m’honore et rien ne peut me rendre plus fier.

Tout cela a été rendu possible par le vote des électrices et des électeurs pantinois qui m’ont à nouveau accordé leur confiance en soutenant la liste de la Gauche et l’Écologie pour Pantin le 15 mars dernier.

Dans la période que nous venons de vivre - près de deux mois très éprouvants - il n’a fallu que quelques jours, quelques heures pour que la solidarité se mette en place. Dans toute la ville, sans qu’il y ait besoin d’appels vibrants, Pantinois depuis toujours ou depuis un jour, jeunes ou moins jeunes, dans tous les quartiers, immédiatement nos habitants se sont posés cette question : comment puis-je aider ? Et l’on a vu des associations comme le Secours Populaire, les Restos du Cœur, la Croix Rouge, mais aussi Les Têtes Grêlées, Entraide Partage et Solidarité, des associations sportives comme l’Olympique de Pantin et le Rugby Olympique de Pantin, ou des associations comme Pantin Family, Pierre de Lune, une entreprise sociale comme le Relais, ou la Butinerie, et surtout, surtout les Pantinoises et les Pantinois, qui ont tissé les mailles de la plus belle réponse à la fragilité : la solidarité.

C’est aussi tout naturellement que nos agents, enfin ceux qui le pouvaient dans les services municipaux de la Ville, ont fait en sorte que le service public continue et épaule autant que possible les actions de solidarité.
Je veux le dire ici, particulièrement aujourd’hui : être le Maire d’une ville dont les habitants sont si naturellement généreux, d’une ville dont les agents ont le service du public si chevillé au corps me rend encore plus fier d’être leur Maire, leur représentant !

Je me plais à penser que cette multitude d’initiatives n’est pas étrangère à la tradition municipale en la matière. Bien évidemment, je ne pense pas ici qu’aux majorités en place depuis 2001 mais je pense bien sûr aux différentes Gauches qui ont inscrit dans l’ADN de Pantin une tradition solidaire et sociale.

Je veux d’ailleurs saluer les élus qui, dans le mandat précédent, ont contribué à façonner le Pantin d’aujourd’hui, qu’ils aient été dans la majorité ou dans l’opposition, et dont le mandat s’est achevé dimanche 17 mai. Merci à Ophélie Ragueneau-Greneau, à Richard Perrussot, à Yannick Mertens, à Raoudha Faouel, à Leïla Ben-Nasr, à Bruno Clérembeau, à Brigitte Plisson, à Grégory Darbadie, à Madeleine Delaperrière, à Clara Pinault, à Benoît Rey, à Michel Wolf, à Ilona Zsoter, à Louise-Alice Ngosso, à Didier Ségal Saurel, à Kawthar Ben Khelil, à Jean Chrétien, à Sanda Rabbaa, à Jean-Jacques Brient, et, bien sûr à Alain Périès qui a été mon 1er adjoint durant le dernier mandat et sur qui j’ai pu compter. Quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit.

Je veux aussi avoir une pensée pour Jean-Pierre Henry qui fut un débatteur de talent dans tous les conseils municipaux. Son souci de concilier vision large et sens du détail nous manqueront.
Je veux enfin avoir un souvenir amical pour Félix Assohoun. Son parcours démontre que l’ascenseur républicain peut fonctionner. Ses engagements constants au service des plus fragiles forcent l’admiration et enfin sa voix, grave, et son rire, sonore, nous manqueront aussi.

Je veux maintenant m’adresser à vous, conseillers municipaux de ce nouveau mandat. Au contraire de vos prédécesseurs, pour la première fois, vous avez pu vous familiariser avec ce qui façonne notre responsabilité collective. Avant que vous soyez installés aujourd’hui, je vous ai tenus informés. Chaque semaine, j’ai souhaité que vous puissiez savoir ce qui avait nourri les décisions de la municipalité, même si vous n’étiez pas en responsabilité. Cela parce que je savais que, forts de votre élection, vous ne manqueriez pas d’être le relais consciencieux de ce qui était décidé dans ce moment singulier. De cela, je veux d’ores et déjà vous en remercier.

Nous sommes tous issus d’une élection particulière dans un contexte particulier.
Le 15 mars dernier, nous avions mis en place un dispositif spécifique. Conformément aux recommandations sanitaires, dans les 23 bureaux de la ville, le vote s’est déroulé sans aucun problème. Comme ailleurs, la participation électorale a été affectée par le contexte avec 36,05% de participation contre 46,27% en 2014. Mais au soir du 15 mars, c’est un résultat sans appel que j’ai eu la joie de proclamer avec 57,6 % des voix en faveur de la Gauche et l’Écologie pour Pantin.
Merci aux Pantinoises et aux Pantinois pour ce formidable succès, pour cette approbation de ce que nous avons fait et de ce que nous voulons faire.

Aujourd’hui, nous voilà tous réunis et nous représentons tous la commune de Pantin.

C’est fort de cette légitimité que la municipalité a pu réagir à la crise dont nous voyons peut-être enfin le début de la fin. Je veux revenir brièvement sur ces moments qui ont été difficiles pour nos concitoyens.

À Pantin comme ailleurs, dès que l’obligation nous en a été faite, nous avons fermé des établissements municipaux, réduit nos activités pour répondre au strict nécessaire. Les Pantinoises et les Pantinois, sont restés chez eux. D’autres, nombreux, ont été mobilisés dans la gestion de la crise parce qu’ils étaient soignants, enseignants, agents de propreté, et plus généralement fonctionnaires, ou employés dans des commerces alimentaires. Ici comme dans plusieurs villes de Seine-Saint-Denis, nos concitoyens ont participé grandement à l’effort national durant cette crise.

À Pantin plus qu’ailleurs en France, l’urgence sociale s’est faite ressentir rapidement et a succédé à l’urgence sanitaire. Dans notre ville, beaucoup souffrent de plein fouet de cette crise qui devient désormais économique. C’est pourquoi j’ai pris la décision de mettre en place une aide par des chèques alimentaires et accompagné nombre d’initiatives associatives et citoyennes.
Lors de notre prochain Conseil municipal, je vous demanderai de me donner quitus sur l’ensemble des mesures qui ont été prises et d’accorder une prime qui peut aller jusqu’à 1000 euros aux agents municipaux qui ont été mobilisés et étaient au contact des habitants. Viendra ensuite le temps de la mise en œuvre du programme pour lequel nous avons recueilli une grande majorité des suffrages.

Aujourd’hui commence la nouvelle période qui s’inscrit dans une longue histoire. Comme tous mes prédécesseurs, je serai le Maire de toutes les Pantinoises et de tous les Pantinois et à ce titre, je serai à l’écoute de tous les conseillers municipaux, de tous les groupes car je vous sais, toutes et tous au service de l’amélioration de la vie des Pantinois, Le petit jeu politicien ne m’intéresse pas, mais les critiques constructives et utiles à nos concitoyens, elles, m’intéressent.

Nous socialistes, écologistes, radicaux et collectifs de citoyens engagés, nous avons formulé 10 ambitions pour Pantin. Nous nous sommes engagés pour que chaque décision prise durant les 6 prochaines années soit utile pour la planète et le climat, soit juste et accessible à chacun, et soit mise en œuvre avec les Pantinoises et les Pantinois.

Il nous revient de faire en sorte qu’il y ait plus d’humanité et d’entraide à Pantin, plus de nature, plus de participation, plus de sérénité, plus d’harmonie, plus d’épanouissement et de bienveillance pour bien grandir, plus d’attractivité et d’innovation, plus de créativité, plus d’énergie pour notre ville et, enfin, plus d’actions pour le climat à Pantin.

Ce ne sont pas que des slogans, ce sont des propositions concrètes, pour transformer les Quatre-Chemins, planter 5000 arbres, créer de nouvelles places en crèche pour atteindre l’objectif de 50% de taux d’accueil, créer une mutuelle municipale de santé, inventer une grande plateforme numérique pour l’entraide entre Pantinois (dont on a bien senti la nécessité pendant le confinement), ouvrir une nouvelle salle de spectacle capable d’accueillir 5000 personnes, mettre en place une bourse pour aider les jeunes à financer leurs projets, planter une forêt urbaine au cœur de l’écoquartier, installer une fourrière municipale pour en finir avec les stationnements anarchiques, organiser des états généraux de l’éducation avec toutes les parties concernées, ouvrir des mini-marchés aux Courtillières, à Raymond Queneau et dans le Haut Pantin, construire une halle sportive pour que le stade Charles Auray devienne un grand parc des sports,…
Cette liste non exhaustive, prouve que nous avons devant nous un long chemin à parcourir ensemble.

Je vais conclure car, conformément à la demande du Préfet de Seine-Saint-Denis, et pour des raisons sanitaires, nous devons veiller à ce que ce Conseil Municipal d’installation soit court. Je précise : tout en permettant l’expression démocratique de notre diversité. Alors sans plus tarder : mettons-nous au travail pour faire de Pantin une ville toujours plus solidaire, plus écologique et plus citoyenne ! »

Je vous remercie. »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 

« Madame, Monsieur, 

Alors que le déconfinement nous permet un premier pas vers un retour progressif à la normale, j'ai souhaité maintenir la tradition et vous adresser ce 10ème point hebdomadaire relatif aux mesures mises en place par la municipalité dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Tant que notre département sera classé rouge, le déconfinement restera relatif pour de nombreuses activités. 

Pour ce qui concerne les services municipaux, afin de respecter les gestes barrières et limiter les risques de contagion, l’accueil physique est toujours limité et la plupart des équipements de la ville restent pour l’instant fermés. Au centre administratif, l'accueil se fait au rez-de-chaussée et les services reçoivent sur rendez-vous uniquement. Dans les centres municipaux de santé, les consultations ont repris progressivement. Pour toute question, le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30) et vous pouvez retrouver l'ensemble des informations sur la page "Établissements et lieux publics ouverts / fermés".

Cette semaine s'est tenue la rentrée partielle dans les écoles de Pantin. Les équipes enseignantes et les équipes de la ville ont travaillé dur pour permettre le meilleur accueil possible des enfants dont les parents se sont portés volontaires et identifiés comme prioritaires pour permettre des continuités scolaires, sociales et économiques. Cette semaine, ce sont en moyenne près de 500 élèves sur les presque 6000 inscrits qui ont été accueillis chaque jour soit, comme annoncé, un petit nombre d'élèves. En effet, à Pantin, le choix a été fait de ne pas ouvrir les écoles le 11 mai mais le 18 mai, pour permettre aux équipes de s'organiser au mieux et de mettre en place le protocole sanitaire de l'Education nationale. Et dans un premier temps j'ai aussi choisi de rouvrir toutes les écoles seulement pour un petit nombre d'élèves. Cela a permis une reprise sereine cette semaine et nous pouvons nous en féliciter collectivement ! La semaine prochaine nous poursuivrons cet accueil très partiel et très progressif, dans l'attente des prochaines annonces gouvernementales.

Cette semaine également, les marchés pantinois ont rouvert pour les forains alimentaires : samedi dernier pour le marché de l'Eglise, dimanche dernier pour celui d'Olympe de Gouges et enfin aujourd'hui pour le marché Magenta. Cette réouverture se fait sous réserve du maintien des mesures sanitaires. Voir page "Produits essentiels : acheter / vendre".

Autre élément important dans le cadre du déconfinement : les transports. Si les transports en commun reviennent à un fonctionnement normal  avec le déconfinement, pour autant, pour les emprunter, chacune et chacun d'entre nous doit présenter une attestation pendant les heures de pointes, porter un masque, et respecter la distanciation sociale. Les difficultés que cela implique nous ont incité à procéder rapidement à des aménagements supplémentaires afin de favoriser les déplacements à vélos dès le 11 mai.  

Le Conseil Départemental de Seine-Saint-Denis a réalisé des pistes cyclables temporaires sur les avenues Jean Jaurès (ex-RN2) et Jean Lolive (ex-RN3), et la Ville a complété avec un tracé provisoire sur l’avenue du Général Leclerc (RD 115) et la rue des Sept Arpents. Cela représente au total 11,5 km de nouvelles pistes cyclables, en complément de celles existantes. Personne n'aura omis de remarquer certains comportements inacceptables de la part d'automobilistes au niveau de l'avenue Jean Lolive et Jean Jaurès, où certains en ont profité pour garer leur véhicule sur ces pistes. Ces comportements ont été verbalisés (près de 250 PV dressés lundi et mardi derniers) et ils le seront encore avec des opérations d'enlèvement pour envoi à la fourrière. Parallèlement la ville et le conseil départemental travaillent à un renforcement de cet aménagement sur ces axes pour permettre un meilleur partage de l'espace public et empêcher le stationnement par l'installation de nouveaux potelets. Il est absolument hors de question de laisser penser à quelques personnes qui, par facilité, ne cherchent pas une place de stationnement qu'ils auront gain de cause.

Avec l’immense majorité des maires de Seine-Saint-Denis, j’ai signé un appel à la réouverture des parcs et jardins. Mais sur décision de la préfecture, nos parcs et jardins restent fermés pour l'instant. Seule l'ouverture du parc Stalingrad pour les enfants en situation de handicap a été acceptée, sur ma proposition, par le Préfet. Les familles doivent pour cela prendre rendez-vous et présenter des justificatifs. L'organisation relative est indiquée sur la page "Espace public".

Enfin, la distribution de deux masques en tissus réutilisables par foyer a été finalisée le week-end dernier dans tous les quartiers de la ville. Une distribution complémentaire se tiendra demain de 9h à 14h dans les gymnases de la ville (Gymnase Maurice Baquet, Gymnase Léo Lagrange, Gymnase Henri Wallon, Gymnase Hasenfratz) afin que les foyers de plus de deux personnes puissent récupérer gratuitement des masques dans leur quartier.  Pour celles et ceux qui ne pourraient se déplacer demain, une autre distribution aura lieu au cours de la semaine prochaine. Toutes les informations étaient détaillées dans les courriers accompagnant les masques livrés dans les boîtes aux lettres, elles sont disponibles sur la page "FAQ - Foire aux questions : un masque gratuit pour chaque Pantinois" et seront mises à jour.

Un certain nombre d'indicateurs nous montre que nous avons réussi à endiguer la propagation du virus dans notre pays et notre département où le nombre de personnes touchées est en baisse et où nos services de santé ont retrouvé une certaine marge de manoeuvre. Mais pour autant le virus circule toujours et les personnels soignants ont besoin plus que jamais de notre soutien. C'est pourquoi il est primordial de maintenir dans les semaines à venir les bonnes pratiques prises par la majorité des Pantinoises et des Pantinois, dans le respect des gestes barrières et le port du masque en collectivité. Le déconfinement est une réalité tangible, le retour « à la normale » reste un horizon qui nécessite la poursuite de nos efforts individuels et collectifs. 

Je vous souhaite à toutes et tous un agréable week-end.

A bientôt, »

 

Bertrand Kern
Maire de Pantin 

« Madame, Monsieur, 
Chères Pantinoises, Chers Pantinois,

C'est la 9èmelettre hebdomadaire que je vous adresse afin de vous informer des mesures prises par la municipalité dans la lutte contre la propagation du COVID-19. Pour débuter mon propos, je tiens à saluer les efforts accomplis par l’immense majorité des Pantinoises et des Pantinois dans la période de confinement et qui ont ainsi permis de contenir l’épidémie. Et je souhaite également témoigner de notre immense reconnaissance envers les personnels soignants, ainsi que toutes les personnes mobilisées durant cette période.

Depuis lundi, nous avons de nouveau la possibilité de circuler sans autorisation dans un rayon de 100km, et de nouvelles mesures nous permettent un retour progressif à la vie "normale". Pour autant, notre département demeure classé en "rouge", ce qui signifie que le virus Covid-19 continue de circuler de manière importante et nous devons donc impérativement appliquer les gestes barrières pour poursuivre notre lutte contre sa propagation. Tant que notre département sera classé rouge, un certain nombre d'activités ne pourront reprendre.

Au niveau des services de la ville, le plan de reprise des activités et des services a été appliqué à partir de lundi. L’accueil physique est toujours limité, et la plupart des équipements de la ville restent pour l’instant fermés. Au centre administratif, l'accueil se fait au rez-de-chaussée et les services reçoivent sur rendez-vous uniquement. Dans les centres municipaux de santé, les consultations reprennent progressivement. Vous pouvez retrouver sur la page infos déconfinement,FacebooketTwitter, l’ensemble des informations relatives au déconfinement, mises à jour en fonction de l’évolution des mesures gouvernementales.

Comme annoncé la semaine dernière, les marchés pantinois peuvent aussi rouvrir progressivement, sous réserve d'un respect strict des mesures sanitaires. Cela débutera dès demain matin avec le retour du marché Église à partir de 8h, dimanche matin à Olympe de Gouges et vendredi prochain à Magenta. Seuls les forains alimentaires seront présents.

En revanche, les piscines, les gymnases et les cinémas restent fermés. C'est également le cas des parcs et jardins. Comme indiqué la semaine dernière j'ai demandé l'autorisation au Préfet de rouvrir certains parcs aux enfants en situation de handicap. Cette semaine j'ai reçu sa validation pour expérimenter notre organisation : les familles devront prendre rendez-vous auprès du chef d'équipe des gardiens de parc de la ville et présenter des justificatifs. Par ailleurs, des bénévoles d'associations seront associés et les enfants devront être accompagnés par un proche âgé au minimum de 16 ans. J’espère que cette ouverture dérogatoire sera appréciée par ces enfants d’autant plus affectés par le confinement, et par leurs familles.

Cette semaine les enseignants, ainsi que les animateurs et agents de la ville mobilisés dans les écoles, ont effectué leur pré-rentrée et préparé la rentrée partielle des élèves de lundi prochain. Si je me suis prononcé contre l’ouverture des écoles pantinoises le 11 mai, j’ai souhaité permettre à un petit nombre d’enfants, dans un premier temps, de retrouver le chemin de l’école à compter du 18 mai. Cette semaine de délai a permis aux équipes de s’organiser, de préparer les locaux et de se conformer au protocole sanitaire très strict qui nous est imposé par l'Éducation nationale.
Hier et aujourd'hui j’ai donc visité chacune de ces 24 écoles, et échangé avec les directions d’écoles, les animateurs, les services techniques, les agents d’entretien et de restauration, en compagnie de l’Inspecteur de l’Éducation Nationale.
Lundi, près de 670 élèves seront accueillis dans les écoles de Pantin sur les quelques 6000 inscrits. Dans chaque école, cela représente 10 à 15% en moyenne des élèves. Ces enfants ont été identifiés prioritaires sur la base du volontariat de leurs parents, car ceux-ci sont mobilisés dans la crise ou n’ont aucun moyen de garde et doivent retourner travailler, ils sont en décrochage scolaire, ou sont en situation de fragilité sociale. Cette "petite" rentrée nous permet d'accueillir au mieux ces premiers élèves, avant d'élargir ensuite, et progressivement, l'accueil à un plus grand nombre d'élèves. Pour cela les équipes enseignantes et de la ville ont accompli un travail considérable, je tiens à les en remercier. Ils nous permettent d’être confiants pour la rentrée de lundi !

Cette semaine également, les familles des trois premières tranches du quotient familial qui n’avaient pas pu encore récupérer les bons alimentaires destinés à compenser la perte de revenu importante due à la suspension de la cantine scolaire, ont reçu un courrier indiquant les nouvelles modalités de retrait. Pour toute question, le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30). En complément, le CCAS évalue au cas par cas les demandes de celles et ceux qui sollicitent une aide, ainsi que les bailleurs de la ville pour celles et ceux qui ne sont plus en mesure de payer leur loyer. 

Enfin, la distribution des masques fournis gratuitement par la ville s'est poursuivie cette semaine. Comme pour beaucoup de produits très demandés actuellement, nos fournisseurs ont subi des retard en approvisionnement ce qui a retardé la distribution dans les différents quartiers. À ce jour les distributions ont eu lieu partout à l'exception du quartier Église/Haut Pantin. A ceux qui s'impatientent à ce sujet je vous demande un peu de patience. Actuellement, les retards de livraison sont malheureusement généralisés et s'expliquent tout simplement par le contexte sanitaire sans précédent. Par ailleurs, quelques vols ont été malheureusement signalés mais cela reste néanmoins minoritaire ! À l'issue de la livraison de l'ensemble de la commune, une distribution complémentaire se tiendra dans un lieu unique par quartier et sur présentation d’un justificatif de domicile et du livret de famille pour les foyers de plus de 2 personnes.

La pandémie confirme sa baisse dans notre pays et dans notre département, mais elle n’est pas encore derrière nous ! C’est pourquoi je vous invite à poursuivre notre hommage quotidien, à 20h, pour applaudir toutes les personnes mobilisées contre la maladie ! 

À bientôt, »


Bertrand Kern
Maire de Pantin 

Le maire de Pantin et la municipalité ont tenu à célébrer la Journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leur abolition place Jean-Baptiste Belley, du nom du premier député français noir (1793). En conformité avec les consignes nationales, l’hommage s’est tenu en format très restreint dans le respect des règles de distanciation sociale. 


« Chères Pantinoises, Chers Pantinois,
 
Je tenais une nouvelle fois à m’adresser à vous en cette journée nationale des mémoires de la traite, de l’esclavage et de leurs abolitions. N’oublions pas que le chemin de l’émancipation et de l’égalité a été long et sinueux pour les millions d’esclaves victime des traites négrières.
 
Il y a 19 ans, le 10 mai 2001, les parlementaires adoptaient à l'unanimité le principe d'une commémoration annuelle de l'abolition de l'esclavage. La France devenait ainsi le premier État à déclarer la traite négrière et l’esclavage « crime contre l’humanité ». Il faut rendre hommage au Président Jacques Chirac qui a eu le courage et je reprends ses mots « de faire entrer dans notre Histoire, l’ensemble de la mémoire de l'esclavage, longtemps refoulée, une mémoire qui doit être véritablement partagée ».
 
Commémorer aujourd’hui l’abolition de la traite et de l’esclavage, c’est faire acte de vérité. La France participa, de manière active, à ce commerce transcontinental d’être humains. Cette cérémonie revêt une importance particulière car elle touche aux valeurs fondamentales de notre République. L'occasion pour notre pays de défendre la mémoire des esclaves et l'honneur de leurs descendants, de commémorer l'abolition de l'esclavage et de combattre le racisme.
 
Nous avons le devoir de former les futurs citoyens sur les valeurs de la République, mais aussi sur l’histoire, dont la compréhension est un élément primordial du vivre ensemble.
Histoire et présent sont liés, se souvenir doit permettre une meilleure compréhension de ce que nous vivons aujourd’hui, même si certains aspects de notre histoire demandent à être vus avec vérité et courage.
Nous avons l’ardente obligation de réfléchir sur ce qui produit ces horreurs, ces phénomènes de radicalité de la violence.
 
La traite négrière et l’esclavage appartiennent aux pages sombres de l’histoire de la France et, plus largement, de l’Europe.
Pendant plusieurs siècles et de manière organisée, des millions d’enfants, de femmes et d’hommes ont été arrachés à leur terre, à leur culture et à leur famille et jetés à travers le monde sur des terres d’exil.
Devenus esclaves, c’est-à-dire privés de leur statut d’être humain, soumis aux caprices du maître, marqués au fer, fouettés, torturés, morts sans sépulture, privés de tout ce qui aurait pu apaiser leur souffrance.
Ces esclaves désocialisés, déculturés, dépersonnalisés, considérés comme race inférieure et maudite, ravalés au rang d’une chose ou d’un animal, en dessous du seuil de toute humanité.
 
La traite négrière fut un phénomène majeur dans l’histoire de notre civilisation et de notre pays, tout comme son abolition définitive en 1848 fut un moment décisif de notre histoire nationale, qui a forgé l'idée que nous nous faisons de notre pays, en tant que terre des droits de l'Homme et des libertés.
 
Par cette décision, la France, qui, pendant plusieurs siècles, avait activement participé comme tant d’autres pays européens à la traite et avait institué dans ses colonies le système esclavagiste, rejoignait la communauté des États abolitionnistes
 
La République s'est construite avec le mouvement abolitionniste.
Tous les Républicains, et je dis bien tous les Républicains, peuvent être fiers des grands combats contre l’esclavage nourris par l’idéal des Lumières et fiers que la France soit le premier pays au monde à inscrire, par la loi Taubira, la reconnaissance de l'esclavage comme crime contre l'humanité.
 
Il est désormais entendu que c’est l’humanité en tant que telle qui est attaquée quand une personne est attaquée à cause de son appartenance ethnique, culturelle, religieuse.
Il est crime contre l’humanité tout entière car la traite négrière et l’esclavage sont des entreprises de déshumanisation, de déni de ce qui fait l’humain.
 
L’histoire aura  donc attendu plusieurs siècles pour entrer dans la modernité. L’esclavage est aboli par la Convention en 1794. Mais rétabli dès 1801, par Napoléon.
Il aura fallu attendre la révolution de 1848 et la seconde République pour que Victor Schoelcher, nommé président de la commission d’abolition de l’esclavage obtienne du gouvernement de Lamartine l’abolition de cette barbarie.
Dans son ouvrage Des colonies françaises, il écrivait : « Que l'esclavage soit ou ne soit pas utile, il faut le détruire ; une chose criminelle ne doit pas être nécessaire. La violence commise envers le membre le plus infime de l'espèce humaine affecte l'humanité entière […]. La liberté d'un homme est une parcelle de la liberté universelle, vous ne pouvez toucher à l'une sans compromettre tout à la fois ».
 
Ce travail, nous devons l'accomplir sereinement pour honorer la mémoire de toutes les victimes de ce trafic honteux et pour leur rendre la dignité.

Comprendre l'histoire de l'esclavage, c'est aussi selon Christiane Taubira, comprendre l'histoire de notre civilisation européenne, l’histoire de notre pays.
C'est l’occasion de saisir les raisons pour lesquelles notamment les sociétés européennes et françaises sont plurielles, les raisons pour lesquelles l'histoire de la France fait d'elle une nation civique et non communautaire, au sens où elle assume son histoire.
Notre société nous demande, d’interroger cette histoire, notre histoire, afin que les jeunes générations détectent les liens entre le racisme ordinaire et ses sources dans le temps, et qu'elles comprennent que la République a besoin de leur vigilance et de leur exigence.
 
L’engagement contre l’esclavage est toujours d’actualité.
Des formes de servitudes ont disparu ; d’autres sont nées qui pèsent lourdement sur l’humanité, tant il est vrai que le progrès lui-même crée ses servitudes.
On estime à 27 millions le nombre d’êtres humains asservis dans le monde moderne, et à 200 millions le nombre des personnes victimes de l’esclavage ou de l’asservissement pour dettes. On compte, parmi elles, des femmes domestiques ou prostituées victimes de trafic, des enfants et des femmes vendues, des enfants esclaves et des travailleurs migrants. On les trouve pratiquement dans tous les pays et sur tous les continents du monde.
 
Je ne pouvais pas terminer sans citer ce poète, ce grand écrivain de l’universel, celui qui a joué un rôle de premier plan dans la renaissance culturelle négro-africaine : Édouard Glissant. Je le cite :
« Les mémoires des esclavages ne cherchent pas à raviver les revendications ou les réclamations avant toutes choses. Dans le monde total qui nous est aujourd'hui imposé, la poétique du partage, de la différence consentie, de la solidarité des devenirs naturels et culturels dans les diverses situations du monde, nous incline vers un rassemblement des mémoires, une convergence des générosités, une impétuosité de la connaissance, dont nous avons tous besoin, individus et communautés, d'où que nous soyons.
Conjoindre les mémoires, les libérer les unes par les autres, c'est ouvrir les chemins de la Relation mondiale. »
Il ajoute :
« L’oubli offense, et la mémoire, quand elle est partagée, abolit cette offense.
Chacun de nous a besoin de la mémoire de l’autre, parce qu’il n’y va pas d’une vertu de compassion ni de charité, mais d’une lucidité nouvelle dans un processus de la Relation.
Et si nous voulions partager la beauté du monde, si nous voulons être solidaires de ses souffrances, nous devons apprendre à nous souvenir ensemble »


Bertrand Kern
Maire de Pantin 

« Madame, Monsieur, 
Chères Pantinoises, Chers Pantinois, 

Cette 8èmelettre hebdomadaire vise, comme chaque semaine, à vous informer des mesures prises par la municipalité dans la lutte contre la propagation du COVID-19.  
À l’approche de la date du 11 mai, nous y voyons désormais plus clair sur les modalités du déconfinement qui sera pour nous plus contraint qu’ailleurs, puisque notre département comme l’ensemble de l’Ile-de-france, est toujours « classé rouge » par les autorités. Ce classement et cette couleur signifient que, bien que le nombre de cas diagnostiqués Covid-19 soit en baisse - et c’est une bonne nouvelle - le virus circule encore activement, et il nous faut donc rester très vigilants !

De nouvelles mesures nous permettent un retour progressif à une vie « normale ». À partir de lundi, les sorties sans autorisation de déplacement et dans un rayon inférieur à 100 km seront possibles. Les gestes barrières et la distanciation sociale resteront pour autant, et plus que jamais, d’actualité ! 

Hier, et comme chaque semaine, je me suis entretenu avec le Préfet de Seine-Saint-Denis et les maires du Département. Aussi, je peux vous indiquer qu’à partir de lundi les marchés alimentaires seront de nouveau autorisés, sous réserve d’un respect très strict des mesures sanitaires. Nous travaillons à la réouverture du marché de l’Eglise qui pourrait intervenir jeudi et des marchés Magenta et Olympe de Gouges qui pourraient intervenir vendredi.
Les bibliothèques, médiathèques vont pouvoir rouvrir. Les transports iront vers un retour à la normale, mais sous réserve du port du masque, du respect de la distanciation sociale et d'une attestation pendant les heures de pointe. Je laisse à toute personne familière de l’usage des transports en région parisienne imaginer quelle difficulté cela pourra impliquer ! C’est pourquoi j’ai souhaité favoriser l’aménagement de nouvelles pistes cyclables temporaires sur notre territoire, afin d’encourager celles et ceux qui le peuvent à se déplacer à vélo. Ce travail est effectué en collaboration étroite avec le Conseil Départemental qui s’est engagé à ce que les pistes cyclables des avenues Jean Jaurès (ex-RN2) et Jean Lolive (ex-RN3) soient prêtes pour le 15 mai. La Ville réalise des aménagements supplémentaires, dont l’avenue du Général Leclerc (RD 115) et la rue des Sept Arpents. Ce sont 11,5 km de nouvelles pistes qui seront accessibles à Pantin dans le courant de la semaine prochaine, en complément de celles existantes. Par ailleurs, les pistes cyclables le long du canal de l’Ourcq seront rouvertes dès lundi 11 mai. 
Les piscines, les gymnases et le cinéma resteront fermés. Ce sera également le cas des parcs et jardins. À la demande de certains parents, j’ai obtenu l’accord du Préfet pour que nous puissions permettre un accès de certains parcs aux enfants en situation de handicap, accompagnés de leurs parents et sur certains créneaux horaires. Les modalités pour organiser cela sont en cours de finalisation pour permettre à ces enfants, d’autant plus affectés par les deux derniers mois, d’accéder à des espaces de respiration. Mais la règle générale restera pour l’instant, et tant que notre Département est classé rouge, la fermeture des espaces verts. 

La question de la réouverture des écoles était au cœur des préoccupations cette semaine. Comme annoncé la semaine dernière, j’ai refusé que les écoles pantinoises ouvrent leurs portes dès le 11 mai. Je me suis prononcé en faveur d’une ouverture très partielle et très progressive à partir du lundi 18 mai, pour un petit nombre d’enfants, afin de permettre des continuités éducative, sociale et économique. C’est sur cette base que j’ai échangé cette semaine avec l’Inspecteur de l’Education nationale, les directions d’écoles et les représentants de parents d’élèves. Suite à ces échanges, nous avons écrit avec l’Inspecteur de l’Education nationale un courrier à destination de tous les parents d’élèves pour expliquer les modalités de cette reprise, très partielle, de l’école. Cela débutera par une pré-rentrée des personnels, ce lundi 11 mai, afin qu’ensemble, enseignants et agents de la ville de Pantin s’approprient le protocole sanitaire, préparent les lieux et définissent les possibilités d’accueil des enfants. Et à partir du lundi 18 mai, un petit nombre d’enfants considérés comme prioritaires et dont les parents se seront signalés comme volontaires auprès de leur école de secteur, pourront entamer un retour en classe. Cela est bien sûr conditionné au contexte sanitaire, défini en fonction des particularités de chaque école, et destiné, nous l’espérons tous, à être élargi au fur et à mesure à un plus grand nombre d’enfants. Sur ce sujet, nous avançons pas à pas, avec rigueur et précaution.

Au niveau des services de la ville, un plan de reprise des activités et des services a été conçu. L’accueil physique sera toujours limité, et la plupart des équipements de la ville resteront pour l’instant fermés. Au centre administratif, l'accueil se fera au rez-de-chaussée et les services recevront sur rendez-vous uniquement.
Dès aujourd'hui, vous retrouverez sur lesite internet de la Ville (et à partir de demain sur Facebook etTwitter) les infos pratiques concernant l'organisation du déconfinement, thème par thème. Ces informations seront appelées à évoluer en fonction des mesures gouvernementales prises dans les semaines à venir.

Comme chaque semaine je tiens à faire un point sur la question sociale, qui bien qu’absente des discours nationaux, continue d’être une priorité pour la ville et les acteurs solidaires du territoire. Les bons alimentaires distribués aux familles les plus précaires pour compenser la perte de revenu importante due à la suspension de la cantine scolaire ont été en grande partie alloués. Les familles des trois premières tranches du quotient familial qui n’ont pas pu encore les récupérer vont recevoir, en début de semaine prochaine, un courrier avec de nouvelles modalités de retrait. Pour toute question, le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30). En complément, le CCAS évalue au cas par cas les demandes de celles et ceux qui sollicitent une aide, ainsi que les bailleurs de la ville pour celles et ceux qui ne sont plus en mesure de payer leur loyer. 
Notre ville a vu de nombreuses initiatives naître dans cette crise, elles sont précieuses, et nous le savons, elles continueront de l’être même après le confinement. Bravo à toutes celles et tous ceux, agent.e.s de la ville, bénévoles des associations et citoyen.ne.s engagés qui font vivre la solidarité à Pantin ! Depuis la semaine dernière, vous pouvez retrouver le portrait de certains d'entre eux dans des podcasts disponibles sur lapage "Faire face - des Pantinois engagés témoignent" du site internet de la Ville.

Cette semaine également, les masques commandés par la ville ont commencé à être livrés dans les boîtes aux lettres. Des problèmes d'approvisionnement du fournisseur ont conduit à une production ralentie et donc à un retard dans la distribution. Celle ci a débuté par les Courtillières et se poursuit en cette fin de semaine dans le quartier du Petit Pantin / Les Limites. Quelques vols ont été malheureusement signalés mais cela reste néanmoins minoritaire !  À l'issue de la livraison de l'ensemble de la commune, une distribution complémentaire se tiendra dans un lieu unique par quartier et sur présentation d’un justificatif de domicile et du livret de famille pour les foyers de plus de 2 personnes. 

Cette semaine enfin j’ai poursuivi ma tournée des personnels municipaux mobilisés dans la crise en me rendant cette semaine dans les trois centres de santé de la ville. J’ai pu à cette occasion observer la nouvelle organisation mise en place par les équipes depuis le début de la crise sanitaire afin d’isoler au maximum les zones COVID, les remercier pour leur implication et leur témoigner notre reconnaissance collective. Merci à eux et à l'ensemble des fonctionnaires qui font vivre le service public et ses missions indispensables, même en temps de confinement. Poursuivons notre hommage quotidien, à 20h, en les applaudissant ! 

À bientôt, »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 

« Chères Pantinoises, Chers Pantinois, 

Cela fait désormais presque 7 semaines que nous sommes confinés et comme chaque vendredi cette lettre hebdomadaire vise à vous informer des mesures prises par la municipalité dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19.
Cette semaine, à l’approche de la date du 11 mai et suite à l’allocution du Premier ministre à l’Assemblée nationale mardi 28 avril, c’est la sortie du confinement qui est au cœur de toutes les conversations et des inquiétudes. Le Premier ministre a tracé les grandes lignes du plan souhaité par le Gouvernement laissant à la charge des collectivités locales une grande partie de sa concrétisation. Avec les autres maires du département, je me suis entretenu avec le Préfet de Seine-Saint-Denis hier après-midi et je suis donc en mesure de vous en dire un peu plus aujourd’hui sur la déclinaison du plan de déconfinement à Pantin. 

Tout d’abord la rentrée scolaire. J’ai reçu de nombreux messages à ce sujet me demandant quelle est ma position sur la reprise de la classe. Je dois dire qu’à l’écoute des dispositions nationales, c’est l’incompréhension qui domine. La situation sanitaire des départements est depuis hier soir résumée par couleur - vert, orange, rouge -.
Ainsi lorsqu’un département est classé rouge, sur la question de la reprise de l’activité de la communauté éducative, les lycées et les collèges restent fermés… mais pas les écoles élémentaires et maternelles ! Je ne comprends pas cette incohérence dans la décision de rouvrir ces établissements à compter du 11 mai. C’est pourquoi je me refuse à envisager la réouverture des écoles pantinoises pour l’ensemble des élèves de maternelles et d’élémentaires tant que le département de la Seine-Saint-Denis restera classé rouge. Pour autant, je suis favorable à permettre une ouverture très progressive et très limitée de nos écoles à compter du lundi 18 mai. Il est en effet plus que nécessaire de mettre en place des continuités pour nos enfants et leurs parents, toujours sur la base du volontariat.
Tout d’abord la continuité sociale : pour les élèves qui vivent dans des conditions d’habitat exiguës, il doit être rendu possible qu’ils reprennent le chemin de l’école. Ensuite, nous devons permettre une continuité économique : il doit être possible d’accueillir les enfants de celles et ceux qui ne peuvent télétravailler. Enfin, nous nous devons de permettre une continuité scolaire : il est en effet urgent pour les élèves repérés comme en décrochage scolaire de réintégrer au plus vite l’école. Vous l’avez compris, je souhaite donc que la rentrée soit très partielle afin qu’elle soit très progressive. Pour ces trois catégories, je souhaite proposer que les enfants puissent entrer en classe à partir du lundi 18 mai. Ces élèves s'ajouteront à ceux d'ores et déjà accueillis au titre des professions exercées par leurs parents utiles à la continuité de la République. La semaine du 11 au 15 mai permettra une pré-rentrée des enseignants et des personnels municipaux et une préparation optimale des lieux dans le respect du protocole sanitaire de l’État.
Pour permettre cela, je vais consulter la semaine prochaine l’Inspecteur de l’éducation nationale, les directions des écoles pantinoises, ainsi que des représentantes et représentants de parents d’élèves. C’est après ces entretiens que l’organisation pourra être finalisée et détaillée dans un document diffusé très largement, afin que chacune et chacun puissent s’organiser. 
En pratique, pour ce qui relève de la municipalité, nous installons dans les écoles comme dans l’ensemble des équipements municipaux des colonnes de gel hydroalcoolique dont les doses peuvent être sollicitées par le pied, nous allons mettre à disposition du gel dans les classes, des masques de protection seront portés par tous les agents municipaux et les gestes barrières seront la règle.

Pour les autres activités, la ville de Pantin s’organise et se conformera à ce qui est possible à partir du 11 mai : réouverture des marchés alimentaires sous réserve d’un respect très strict des mesures sanitaires, réouverture des bibliothèques et médiathèques, mais maintien de la fermeture des parcs et jardins, des cinémas et des équipements sportifs. Par ailleurs, puisque la distanciation sociale devra être la règle aussi dans les transports en commun avec les difficultés que cela implique, les déplacements à vélos doivent être encouragés. C’est pourquoi, les services de la ville travaillent en étroite collaboration avec le Conseil Départemental à l’aménagement de nouvelles pistes cyclables sécurisées en complément de l'existant. Concernant les deux grands axes qui traversent notre commune, le Conseil départemental s'engage à ce que les pistes cyclables des avenues Jean Jaurès et Jean Lolive soient prêtes pour le 15 mai. La Ville entreprend les aménagements de voies supplémentaires, dont la RD 115. De plus, les pistes cyclables le long du canal de l'Ourcq seront rouvertes au 11 mai.

La question sociale a été la grande absente du discours fleuve prononcé par le Premier ministre. Nullement évoquée, elle est pourtant une priorité pour nous, particulièrement en Seine-Saint Denis et dans notre commune. Elle nous préoccupe chaque jour, municipalité, associations solidaires, citoyennes et citoyens engagés.

Cette semaine, la municipalité a débuté la distribution des bons alimentaires à destination des familles les plus précaires identifiées dans le cadre du quotient familial de la ville. Près de la moitié des bons alimentaires ont d’ores et déjà été alloués. Pour rappel, cette aide vise à compenser la suspension de la cantine scolaire et les surcoûts engendrés. Allant de 75 € à 102 € par enfant, elle concerne les familles des trois premières tranches du quotient familial, soient plus de 1300 familles et plus de 2000 enfants. La moitié des familles concernées sont venues, celles qui n’ont pas pu vont être contactées par les services municipaux afin de voir comment ils pourront récupérer cette aide.
Il s'agit d’une aide d’urgence et je suis bien conscient qu’actuellement beaucoup de familles rencontrent des difficultés. En complément, le CCAS évalue au cas par cas les demandes de celles et ceux qui sollicitent une aide. De même, les bailleurs de la ville évaluent au cas par cas les situations où le paiement du loyer est devenu impossible pour celles et ceux les plus durement touchés par cette crise sanitaire qui devient peu à peu une crise économique et sociale. Enfin, les nombreuses initiatives associatives sont précieuses en la matière, aussi,  je souhaite à nouveau rendre hommage à celles et ceux qui les font vivre. Toutes et tous, ensemble, nous faisons de Pantin, plus que jamais, une ville solidaire ! 

Cette semaine, enfin, je me suis rendu dans l’atelier de fabrication des masques à destination des Pantinoises et Pantinois. Comme déjà évoqué, 78 000 des 138 000 masques commandés par la ville sont fabriqués sur notre territoire. Une première distribution en fin de semaine prochaine, donc en amont du 11 mai, permettra à chaque foyer de recevoir deux masques lavables et réutilisables dans sa boîte aux lettres. Dans un second temps, une distribution complémentaire dans un lieu unique par quartier, doit permettre à toutes les Pantinoises et les Pantinois de plus de 6 ans d’être équipés, conformément aux recommandations de l'Académie de médecine.

J’ai poursuivi également ma tournée des personnels municipaux mobilisés dans la crise en me rendant cette semaine auprès des policiers municipaux, et auprès de l’équipe de la crèche qui accueille les bébés des personnels mobilisés dans la crise, habitant ou travaillant à Pantin.  Ce fut l’occasion pour moi de les remercier et de leur témoigner notre reconnaissance. Ils incarnent le maintien de missions de service public indispensables même en temps de confinement.

En cette journée internationale des travailleuses et des travailleurs, c’est plus que jamais l’occasion de rendre hommage à toutes celles et tous ceux mobilisés en première ligne pour nous permettre de lutter contre la propagation du virus. Notre reconnaissance est intacte, et c’est pourquoi nous devons encore rester chez nous afin de permettre ensuite, et nous l’espérons toutes et tous, un possible retour progressif à la vie normale. Comme d’habitude, retrouvons-nous pour les applaudir tous les soirs à 20h !

Prenez soin de vous et de vos proches, »

Bertrand Kern 
Maire de Pantin


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus/Tous mobilisés-Tous solidaires, Facebook et Twitter.

À l'occasion de la Journée nationale du souvenir, le maire de Pantin et la municipalité ont tenu à rendre hommage aux déportés de la Seconde Guerre mondiale, en se rendant quai aux Bestiaux. C’est là en effet, en gare de marchandises de Pantin, que partit le dernier train d’Île-de-France à destination des camps de la morts, le 15 août 1944. En conformité avec les consignes nationales, l’hommage s’est tenu en format très restreint dans le respect des règles de distanciation sociale.

« Mesdames, Messieurs,

Compte tenu de l’annulation des cérémonies sur tout le territoire, en accord avec le président du comité d’entente des anciens combattants de Pantin, et conformément aux directives préfectorales, la cérémonie de la Journée nationale du souvenir jour de mémoire et de recueillement qui rend hommage aux victimes de la déportation, a lieu ce dernier dimanche d’avril dans un format très restreint.

Quelles que soient les circonstances particulières, nous n’oublions pas notre devoir de mémoire. Cette journée rappelle à tous, ce drame historique majeur comme les leçons qui s'en dégagent.
« J’ai résisté pour pouvoir témoigner », ces propos d’un ancien déporté après la libération en 1945, nous rappellent qu’honorer la mémoire de nos morts est plus qu’un devoir envers le passé, c’est une nécessité envers le présent et une exigence pour l’avenir.

Selon les termes de la loi de 1954, pour que de tels faits ne se reproduisent plus, "il importe de ne pas laisser sombrer dans l'oubli les souvenirs et les enseignements d'une telle expérience, ni l'atroce et scientifique anéantissement de millions d'innocents, ni les gestes héroïques d'un grand nombre parmi cette masse humaine soumise aux tortures de la faim, du froid, de la vermine, de travaux épuisants et de sadiques représailles, non plus que la cruauté réfléchie des bourreaux."

Des millions de déportés sont morts en parias, condamnés à une fin atroce, sans autre sépulture que nos mémoires.
En France, on estime qu'il y a eu environ 63 000 déportés non raciaux (résistants, politiques, raflés, droits communs, homosexuels) dont 60 % sont rentrés des camps, et environ 76 000 déportés raciaux (juifs, tziganes) dont 3 % seulement ont survécu à la déportation.
Au total, c'est près d'un quart des Juifs résidant en France au début de la Seconde Guerre Mondiale qui ont été exterminés dans le cadre de la "solution finale" (16 % des Juifs de nationalité française et 30 % des Juifs étrangers). N'oublions jamais cette terrible vérité historique.

Le département de la Seine-Saint-Denis abrite plusieurs lieux, qui, pendant la Seconde Guerre mondiale, ont été les témoins majeurs de l’internement et de la déportation des Juifs de France et d’une partie importante des résistants.
Quatre convois sont partis en 1944 de la gare de marchandises de Pantin et ont pris la direction des camps de concentration de Buchenwald et de Ravensbrück.
Au moins 3 250 femmes et hommes sont déportés depuis le quai aux bestiaux, dont près d'une moitié de femmes et une grande majorité de résistant-e-s, 38 % ne revinrent pas des camps nazis.
Le dernier convoi parti de Pantin le 15 août 1944 est le dernier d’Île-de-France. Il est aussi le plus grand convoi de déportation de répression de la Seconde Guerre mondiale.

Parler de la Déportation c’est témoigner de l'effroyable déshumanisation de ses victimes, toutes unies dans une masse informe, où les vivants mêlés aux morts parvenaient, souvent au bord de la folie, sur les quais de Birknau, de Treblinka, de Sobibor et autres noms synonymes de mort.
Raflés, on les a faits monter dans des wagons à bestiaux, sur les parois étaient cloués des panneaux avec inscrits dessus « 40 hommes debout » ils étaient en vérité 120, privés d’eau et d’air, entassés, terrorisés, malades, affamés, ils ont parcouru debout des centaines de kilomètres, jusqu’aux limites de la résistance humaine.
On les a emporté vers l’enfer, un cauchemar qu’aucun être humain, ni eux ni d’autres, ne pouvaient imaginer possible avant de l’avoir connu.
C’est de cela, bien sûr, dont nous parlons lorsque nous parlons de la Déportation.
Nous parlons de l’invraisemblable expérience, de millions d’êtres dépouillés de tout ce qui fait la dignité d’un homme, pour apparaître aux yeux de leurs bourreaux ultimes comme désaffiliés de la condition humaine, exclus de notre commune appartenance à la famille des hommes.
Pour reprendre les mots de Jean Ferrat : « Ils étaient 20 et 100, ils étaient des milliers. Ils se croyaient des hommes, ils n’étaient plus que des nombres."
Et pourtant, ils s’acharnaient à survivre encore un jour de plus, une heure obstinément. Comme si une journée de plus arrachée à leurs bourreaux était une gifle flanquée contre le système concentrationnaire nazi, une sorte de réponse d’humanité à l’inhumanité.
Avec l’Holocauste, avec la « solution finale », nous ne sommes plus dans le registre historique classique des « crimes de la dictature ». Nous ne sommes même plus dans le « meurtre » de masse, nous sommes dans le mal absolu.
Pour reprendre les mots terribles d’Hannah Arendt, dans les camps de concentration, ce n’est pas seulement la modernité qui a dérapé, c’est l’humanité qui s’est niée elle-même, comme elle ne l’avait jamais fait auparavant. Les camps ont été voulus, pensés, organisés par des hommes. C’est pour cela que ce qui s’est passé là-bas en vérité est impossible à réparer. Impossible à réparer, et impossible à oublier.

Cette journée est aussi l’occasion de rendre hommage à toutes celles et ceux qui, en dépit des souffrances et de la terreur auxquelles ils étaient confrontés, ont su surmonter leur épuisement et rester des êtres humains, sauver des vies et poursuivre, en en assumant les risques, la lutte clandestine contre l’idéologie et les objectifs de guerre de l’ennemi.
Les rescapés de cet enfer qui inspira leurs serments à la Libération des camps et leur vision d’un monde plus fraternel, pacifique et solidaire, expriment aujourd’hui leur inquiétude en particulier devant la montée des nationalismes et l’affichage de divisions internes dans une Europe dont la vocation se doit d’être facteur de paix, de solidarité et de prospérité pour les pays qui la composent.

Aujourd’hui l’épidémie de coronavirus touche une grande partie de notre planète, des millions de personnes dans le monde et dans notre pays subissent cette épidémie dévastatrice en vies humaines. Au cœur de cette tragédie, cette pandémie nous replace devant une évidence massive : tous, nous sommes interdépendants les uns des autres.
Cette période de crise démontre également à quel point nous sommes capables de faire preuve d’entraide et de solidarité. Jour après jour la fraternité émerge, les initiatives individuelles de coopération sociale et de solidarité se multiplient.
Elles replacent la fraternité comme valeur cardinale de notre société et rappelle qu’elle est une valeur essentielle, constitutive de notre République.
Cette fraternité souvent mise à rude épreuve dans notre histoire contemporaine, inscrit le devoir de mémoire comme un impératif de « devoir d’humanité »

La tragédie des camps de concentration nazis et le courage de ceux qui ont lutté pour la sauvegarde de la dignité humaine doivent rester présents dans les mémoires.
Se souvenir, c’est rendre justice aux victimes, non seulement en prenant conscience de leurs souffrances, de l’injustice absolue qu’elles ont subies, mais aussi, de réintégrer, à titre posthume, l’humanité qui est pleinement la leur.
C’est ainsi que nous donnerons son plein sens à la devise de notre République : Liberté – Égalité – Fraternité »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 

« Chères Pantinoises, Chers Pantinois, 

C’est désormais une habitude, comme chaque vendredi depuis le début du confinement, je m’adresse à vous afin de vous tenir informé.e.s de l’action de la municipalité en matière de lutte contre la propagation du Covid-19. Tout d’abord, et comme à chaque fois, je souhaite rendre hommage aux personnels soignants et à toutes celles et tous ceux mobilisés en première ligne qui poursuivent leurs efforts dans cette lutte. Nous en sommes infiniment reconnaissants ! Cet hommage n’a de sens que s’il s’accompagne de notre effort collectif à rester chez nous le plus possible, comme c’est le cas pour l’immense majorité des Pantinoises et des Pantinois.  

La semaine dernière, la date du 11 mai a été annoncée comme objectif pour le déconfinement. Aujourd’hui nous ne connaissons pas encore les détails et le cadre national qui l’accompagneront. J’espère que nous pourrons y voir plus clair rapidement afin de pouvoir à notre tour vous informer précisément des dispositions locales. Pour autant, les équipes de la ville se préparent autant que possible, s’organisent et s’équipent. Et ceci passe notamment par la commande de 138 000 masques en tissu, lavables, certifiés AFNOR, destinés à la population pantinoise. 78 000 masques seront fabriqués à Pantin par l’entreprise Balaban. La première distribution se fera par 2 masques dans chaque boîte aux lettres et ensuite, des distributions auront lieu par retrait dans un lieu unique par quartier de la ville. Nous faisons en sorte que les masques soient distribués avant le 11 mai. Les détails de la distribution seront prochainement diffusés sur le site de la ville et les réseaux sociaux.

Alors qu’il y a trois semaines, la crise sanitaire a atteint son « pic épidémique », je pense que nous atteignons en ce moment un « pic social » car cette crise affaiblit de nombreuses familles pantinoises. C’est pourquoi, comme je l’avais annoncé la semaine dernière, une aide de la ville va être versée à toutes les familles des trois premières tranches du quotient familial afin de les aider à faire face à la suspension de la cantine scolaire et aux surcoûts que cela a entraîné. Aussi ce sont près de 1 300 familles, représentant plus de 2 000 enfants, qui pourront retirer la semaine prochaine des bons allant de 75€ à 102€ pour l’aide à l’achat de denrées alimentaires ou produits d’hygiène dans des commerces pantinois et alentours. Une autre aide municipale à destination des mêmes familles sera versée le mois prochain. Plus que jamais, Pantin est solidaire !

Cette solidarité s'exprime notamment par une veille et une activité accrue du service social de la ville en cette période de crise. En effet, en raison du confinement, le nombre de personne ayant besoin d'aide a malheureusement augmenté. Parce que j’ai reçu quelques messages demandant des précisions à ce sujet, je souhaite ici détailler leur action. Les agents de la ville assurent actuellement un suivi et une veille téléphonique des personnes fragiles (seniors, personnes en situation de handicap), des familles et usagers identifiés et suivis par les différents pôles (Animations, RSA, Social...) et des personnes inscrites dans le dispositif canicule. Aussi sont appelées de manière hebdomadaire, 64 personnes inscrites sur le registre communal « Plan canicule », les 140 bénéficiaires du maintien à domicile non intégrés dans la focalisation des actes essentiels, 204 seniors inscrits dans la « cellule convivialité », 330 bénéficiaires de l'accompagnement RSA/public fragile, ainsi que 123 familles suivies dans le cadre de l'accompagnement social pour les plus vulnérables. Cela représente plus de 860 personnes et familles. Par ailleurs, 60 personnes bénéficient des courses une fois par semaine dans le cadre du Maintien à Domicile (MAD), 44 personnes bénéficient chaque jour de l'aide humaine AVS (aide à la toilette, préparation des repas), 42 personnes bénéficient de l'entretien de leur logement une fois par semaine, 20 patients bénéficient du Service Social Infirmier A Domicile, 58 personnes bénéficient du portage repas, et 30 personnes bénéficient du dispositif « courses solidaires » pour éviter de sortir de leur logement. Toute demande ou signalement ne faisant pas déjà l’objet d’un suivi à ce stade peut être signalé à l’adresse mail : ccas@ville-pantin.fr.

En ces temps de crise, l'action sociale est aussi citoyenne et associative. Pantin est particulièrement active en la matière et de nombreux reportages en témoignent d’ailleurs régulièrement dans la presse. Cette semaine j’ai réuni par visio-conférence les principaux représentants des acteurs associatifs de la solidarité pantinoise. Un an après le premier « Printemps des Solidarités », la mise en lien de ces acteurs apparaît d’autant plus importante. Ce fut l’occasion de les remercier, de leur permettre d’échanger et de coordonner au mieux leurs activités. La ville de Pantin travaille en excellente intelligence avec eux, et leur apporte son soutien pour leurs nombreuses initiatives afin que tous les publics qui ont besoin d'une solidarité humaine et financière dans cette période soient suivis et aidés. Cela passera d'ailleurs par le versement de subventions exceptionnelles de la part de la ville. Je tiens à nouveau à remercier les bénévoles des Restos du Coeur, de La Croix-Rouge, du Refuge, des Têtes Grêlées et du collectif Solid-19, de Pantin Family, d’Ecobul, de la Protection Civile, des Petits frères des pauvres, ainsi que l’équipe du Secours Populaire mise à l’honneur cette semaine dans un reportage pour le Journal Télévisé de France 2 et France Info, à découvrir ici : https://bit.ly/3bAkGYX.

La fermeture des marchés est toujours d'actualité dans la plupart des villes de notre département. Aussi les initiatives pour vous permettre de vous approvisionner en produits frais sont toujours d'actualité. Les commerçants pantinois se sont organisés et nous relayons sur le site de la ville les informations nécessaires :  https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/produits-essentiels-acheter-vendre-3012. Et pour soutenir les producteurs locaux, des bénévoles font vivre l'initiative de La Butinerie, la coopérative regroupant à ce jour la ville de Pantin, Ecobul et Marché sur l’eau, et permettent chaque semaine la vente de paniers de produits frais. Cette semaine ce sont près de 400 paniers qui ont été vendus et 40 financés pour la distribution du collectif Solid-19 aux familles en difficulté. Toutes les informations relatives aux commandes et à l’organisation sont disponibles ici : https://bit.ly/3c4HkIQ

Malgré un fonctionnement de la ville en mode réduit, imposé par le contexte actuel, un certain nombre d'agents de la ville demeurent actifs et mobilisés pour assurer les missions dites « essentielles ». Après avoir rendu visite la semaine dernière aux équipes en charge de la propreté et à celles en charge de l’accueil des enfants des personnels mobilisés dans la crise, j’étais cette semaine au centre administratif avec les équipes du service social, de l’état civil et et celles de l’accueil. Ce fut l’occasion pour moi de les remercier de leur mobilisation en faveur du service public et de leur témoigner notre reconnaissance. 
Ils incarnent le maintien de missions de service public indispensables même en temps de confinement. Pour toute question le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30). 

Je sais combien le temps se fait long et nous souhaitons tous que cette crise sanitaire prenne fin. Le nombre de cas diagnostiqués Covid-19 en Ile-de-France et en Seine-Saint-Denis est en baisse et c’est une bonne nouvelle. Pour autant nous ne pouvons baisser la garde pour l’instant et le confinement doit encore se poursuivre afin que tous ces efforts ne soient pas vains. Alors restons chez nous, continuons à faire vivre le lien social autant que possible, et retrouvons nous chaque soir à 20h pour applaudir et remercier celles et ceux qui nous permettent de sortir de cette pandémie !

A bientôt, »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus/Tous mobilisés-Tous solidaires, Facebook et Twitter.

« Chères Pantinoises, chers Pantinois, 

Comme chaque semaine depuis maintenant plus d’un mois, je tiens à vous informer des mesures prises à Pantin pour lutter contre la propagation du Covid-19 et débuterai à nouveau mon propos en témoignant de notre immense gratitude, en remerciant toutes celles et tous ceux qui agissent au quotidien pour nous permettre de sortir de cette pandémie. 

Conformément au confinement décidé par le Gouvernement pour lutter contre la propagation du virus, la ville de Pantin a fermé la plupart de ses équipements et mis une grande partie de ses activités à l’arrêt. Ce fonctionnement, de fait « en mode réduit », rend difficile l’exercice des missions de services publics. Toutefois, les activités dites « essentielles » sont maintenues, notamment les centres de santé et l’aide sociale en direction des plus modestes. Pour toute question, le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30) et l’ensemble des informations sont indiquées sur le site internet de la ville.
Pour les publics prioritaires, la ville a mis en place des dispositifs spécifiques. Les personnels soignants, les policiers, les pompiers et les agents préfectoraux, pantinois ou exerçant à Pantin, peuvent solliciter un accueil de leurs enfants en crèche et, en lien avec les enseignants de l’Education nationale, dans les centres de loisirs de la ville (contact : soutien.soignants@ville-pantin.fr). Par ailleurs, les seniors, les personnes isolées ou en situation de handicap, peuvent solliciter une aide à domicile et le portage des repas. De nombreuses personnes ont d’ores et déjà été contactées par la ville et nos agents sont en lien régulier avec elles. Les bailleurs de la ville également ont pris en charge le suivi de leurs résidents les plus fragiles. Pour toute nouvelle demande ou signalement, le contact peut se faire à l’adresse :  ccas@ville-pantin.fr.

Cette crise est un puissant révélateur des inégalités sociales, et je sais que nombre de Pantinoises et Pantinois subissent actuellement des pertes de revenus. C’est pourquoi j’ai demandé aux équipes de la ville de travailler à l’allocation d’une aide pour les familles dont les enfants bénéficient habituellement des tarifs les plus sociaux de la cantine. Nous devrions être en mesure de communiquer plus précisément à ce sujet et de procéder au versement de ces aides dès la semaine prochaine. Plus que jamais, nous nous devons d’être solidaires. 

Les nombreux acteurs de la solidarité pantinoise sont aussi particulièrement actifs. La ville est en lien permanent avec le Secours Populaire, la Protection Civile, les Petits frères des pauvres, les Restos du Coeur, La Croix-Rouge, Le Refuge, etc. pour les accompagner au mieux dans leurs missions habituelles d’autant plus indispensables aujourd’hui. À ces acteurs dits traditionnels s’ajoutent de nombreuses initiatives solidaires et de nouveaux collectifs qui s’organisent pour aider les plus fragiles au quotidien, entre autres le collectif Solid-19 qui regroupe notamment des membres d’associations pantinoises, des représentants du principal bailleur de la ville, Pantin Habitat, et des élus ; ou encore l’association Pantin Family qui a notamment développé depuis le début de cette crise des actions en soutien à nos soignants. Je tiens à les remercier toutes et tous sincèrement. Nous relayons les éventuels besoins des acteurs de la solidarité et centralisons également les initiatives qui dépassent les frontières de notre territoire sur le site de la ville. Les personnes disponibles et s’en sentant capables peuvent se porter bénévoles pour aider, en étant munies de l'autorisation de sortie dûment remplie et en respectant les mesures sanitaires et les gestes barrières essentiels : https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/tous-mobilises-tous-solidaires-3008.

Pour faire preuve de solidarité, je vous invite aussi à soutenir nos commerçants qui se sont organisés pour poursuivre au mieux leurs activités et nous permettre de nous alimenter. Toutes les informations sont recensées sur le site de la ville et mises à jour régulièrement : https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/produits-essentiels-acheter-vendre-3012. Pour soutenir également les producteurs locaux et permettre un approvisionnement en produits frais malgré la fermeture des marchés, la coopérative La Butinerie, regroupant à ce jour la ville de Pantin, Ecobul et Marché sur l’eau, poursuit ses ventes de paniers dans le secteur Eglise et aux Courtillières. Hier ce sont 320 paniers qui ont été vendus auxquels s’ajoutent 50 paniers qui, après une campagne de dons, ont été achetés par Solid-19 pour être distribués à des familles précaires. Toutes les informations relatives aux commandes et à l’organisation sont disponibles ici : https://bit.ly/3c4HkIQ

Cette semaine a été marquée par l’allocution du Président de la République et l’objectif annoncé d’une sortie du confinement le 11 mai prochain. Dans ce cadre s’impose à nous toutes et tous un double impératif. D’abord celui de tenir, de continuer nos efforts en respectant le confinement, en limitant toujours au maximum nos déplacements, en appliquant, et en expliquant aussi autour de nous, l’importance des gestes barrières et enfin en faisant vivre la solidarité autour de nous. Nous souhaitons tous que cette crise s’achève, mais il s’agira aussi d’éviter une nouvelle vague en prenant toutes les mesures nécessaires. À cela s’ajoute et particulièrement pour les collectivités, l’impératif de préparer au mieux cet éventuel déconfinement. Dans l’attente de précisions de la part des services de l’Etat, j’ai demandé aux équipes de la ville de Pantin de se préparer. Des masques sont en attente de livraison et nous ferons tout pour être prêts le 11 mai, si cette date était confirmée.  

Cette semaine également, je me suis rendu au centre technique municipal afin de témoigner notre reconnaissance au personnel en charge de la propreté, et à l’école Saint-Exupéry où les enfants des soignants et des personnels mobilisés dans cette crise sont accueillis par les équipes de la ville. Ce fut l’occasion pour moi de les remercier, ils font l’honneur de notre service public. Dans les semaines qui viennent, je poursuivrai ces visites aux agents de notre ville. Cela me permet de leur transmettre ma reconnaissance et la vôtre envers l’ensemble des agentes et des agents municipaux mobilisés.

Enfin, ma reconnaissance concerne aussi vous toutes et vous tous, Pantinoises et Pantinois, qui contribuez à la lutte contre la propagation du virus en restant chez vous ! Je vous souhaite bon courage à toutes et tous, et vous donne rendez-vous ce soir à 20h pour applaudir les personnels soignants et tous ceux mobilisés dans cette crise sanitaire. »

Bertrand Kern 
Maire de Pantin 


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus/Tous mobilisés-Tous solidaires, Facebook et Twitter.

« Chères Pantinoises, chers Pantinois, 

Comme chaque semaine, je tiens à vous informer des actions mises en place par la municipalité et de notre organisation dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19. Je souhaite renouveler mes remerciements à toutes celles et ceux qui sont engagés en première ligne dans cette lutte, et à toutes les Pantinoises et les Pantinois qui, en restant chez eux et en limitant au maximum leurs déplacements, les encouragent et les soutiennent. Le Préfet de Seine-Saint-Denis l’a rappelé cette semaine encore à l’occasion de nos échanges : l’immense majorité des personnes à Pantin et en Seine-Saint-Denis respectent strictement les consignes du confinement alors Merci ! 

Dans cette lutte contre la propagation du Covid-19, la ville de Pantin a dû fermer la plupart de ses équipements et mis une grande partie de ses activités à l’arrêt. Ce fonctionnement, de fait « en mode réduit », rend difficile l’exercice des missions de services publics. Toutefois, des missions dites « essentielles » sont maintenues, notamment les centres de santé et l’aide sociale en direction des plus modestes, et des actions sont mises en place auprès des publics prioritaires (soignants, personnes âgées). Pour toute question, le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30) et l’ensemble des informations sont indiquées sur le site internet de la ville. 

Ainsi, les seniors, les personnes isolées ou en situation de handicap, peuvent solliciter une aide à domicile et le portage des repas. Dans le contexte que nous connaissons, naturellement, le nombre de bénéficiaires s’est accru. De nombreuses personnes ont d’ores et déjà été contactées par la ville et nos agents sont en lien régulier avec elles. Par ailleurs un service de courses solidaires est réalisé auprès d’une quarantaine de personnes. Pour toute nouvelle demande ou signalement, le contact peut se faire à l’adresse : ccas@ville-pantin.fr.

De plus, les personnels soignants, les policiers, les pompiers et les agents préfectoraux, pantinois ou exerçant à Pantin, peuvent solliciter un accueil de leurs enfants en crèche et, en lien avec les enseignants de l’Education nationale, dans les centres de loisirs de la ville (contact : soutien.soignants@ville-pantin.fr).

Je veux aussi saluer les associations de solidarité du territoire qui font preuve aussi d’un réel engagement. La ville les accompagne et relaie leurs éventuels besoins. Toute personne souhaitant se porter volontaire, sous réserve du respect strict des consignes sanitaires, trouvera toutes les informations nécessaires sur cette page : https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/tous-mobilises-tous-solidaires-3008.

A noter cette semaine, une nouvelle disposition relative au commerce : le Préfet a pris un arrêté le 8 avril pour ramener à 20h la fermeture des commerces - à l’exception des pharmacies - et non 21h comme auparavant. Egalement, lors de ce week-end de Pâques, les commerces devront fermer à 13H dimanche et lundi. Pour vous faciliter la gestion des courses alimentaires et vous informer des possibilités de livraison, un répertoire des forains et commerçants de la ville a été réalisé et est disponible sur notre site internet : https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/produits-essentiels-acheter-vendre-3012 
Autre initiative pour vous permettre de vous approvisionner en produits frais : la deuxième vente de La Butinerie, coopérative regroupant à ce jour la ville de Pantin, Ecobul et Marché sur l’eau, s’est tenue hier dans les quartiers de l’Eglise et aux Courtillières avec une hausse du nombre de paniers de fruits et légumes vendus, de 200 la semaine dernière à 300 cette semaine. Toutes les informations relatives aux commandes et à l’organisation sont disponibles ici : https://bit.ly/3c4HkIQ 

Cette semaine a également été marquée par la visite du Président de la République sur notre territoire. J’ai déjà eu l’occasion de m’exprimer à ce sujet. Je souhaite retenir de cette séquence l’investissement des médecins et personnels de santé pantinois, dans le secteur libéral ou non, dans la Maison de Santé Pantinoise mais aussi dans nos Centres Municipaux de Santé (CMS). En bref l’investissement de toutes celles et tous ceux qui constituent la médecine de ville, ce maillon indispensable du système de soin.  Je tiens une nouvelle fois à exprimer ici notre immense gratitude envers l’ensemble des soignants qui ne comptent pas leurs efforts pour nous permettre de surmonter cette crise sanitaire.

Le confinement se poursuit, il est chaque jour difficile à tenir, particulièrement pour les plus fragiles, pour les plus précaires. Or, nous devons tenir encore ! Nous devons limiter encore et toujours nos sorties au maximum. Toutes les bonnes volontés sont nécessaires pour faciliter cela, pour préserver et créer de la solidarité, pour nous permettre de maintenir le lien. Parce que c’est ensemble que nous aurons tenu bon, c’est ensemble que nous pourrons sortir de cette crise

Prenez soin de vous, et rendez-vous tous les soirs à 20h00 pour applaudir et soutenir celles et ceux qui nous permettront de sortir de cette pandémie ! 

A bientôt, »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus/Tous mobilisés-Tous solidaires, Facebook et Twitter.

« Chères Pantinoises, chers Pantinois, 

Pour ce troisième point d’information relatif au Covid-19 et aux actions mises en place sur notre territoire, je tiens d’abord à remercier de nouveau les personnels soignants ainsi que toutes celles et tous ceux qui sont mobilisés dans cette crise inédite. Je pense aussi à vous toutes et vous tous qui, en restant chez vous, contribuez à lutter contre la propagation du Covid-19 et à sauver des vies. Enfin, évidemment, j’ai une pensée pour toutes celles et tous ceux touchés par ce virus, je leur souhaite un prompt rétablissement. 
Conformément au confinement décidé par le Gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19, les équipements municipaux sont fermés et leurs activités en suspend, à l’exception du centre administratif où un accueil est maintenu au rez-de-chaussée entre 10h et 12h, du lundi au vendredi, et des centres municipaux de santé. Le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) demeure ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30). 

Dans les centres de santé municipaux, toute personne devant s’y rendre est priée d’appeler en amont pour éviter tout attroupement et risque accru de propagation (CMS Cornet : 01 49 15 45 05 / CMS Sainte Marguerite : 01 49 15 45 09 / CMS Ténine : 01 49 15 37 40). Les médecins de nos centres de santé ont été équipés en tablettes afin de permettre la télé consultation. Pour rappel, en cas de symptômes graves (essoufflement sévère), vous pouvez appeler directement le 15. 

Les services de la ville de Pantin sont réorganisés afin de maintenir les missions de service public identifiées comme essentielles : aide sociale en direction des plus modestes, suivi des urgences en matière de péril (SCHS), missions de propreté urbaine, urgences bâtimentaires, surveillance de l’espace public et gardiennage des équipements fermés. 

Depuis la semaine dernière, l’appui notamment de CRS a permis de renforcer les équipes de la police municipale et nationale, mobilisées en permanence sur le respect et l’application des mesures de confinement, le respect des distanciations sociales et la fermeture effective des commerces (hors pharmacies) à 21h00. Si vous êtes témoin d’un trouble à l’ordre public, tel que des regroupements non autorisés, je vous recommande d’appeler le 17, numéro du centre d'information et de commandement de la Police nationale. 

Les actions spécifiques en direction des publics prioritaires ont été élargies. Depuis le 16 mars, les personnes soignants, qu’ils soient pantinois ou qu’ils exercent à Pantin, peuvent solliciter un accueil de leurs enfants en crèche et, en lien avec les enseignants de l’Education nationale, dans nos centres de loisirs (contact : soutien.soignants@ville-pantin.fr). Ce dispositif est désormais étendu notamment aux policiers, pompiers et agents préfectoraux. Pour les seniors et personnes en situation de handicap, l’aide à domicile et le portage des repas ont également été renforcés et le nombre de personnes bénéficiaires est en hausse (contact : ccas@ville-pantin.fr). Par ailleurs, en lien avec l'APHP et les établissements hospitaliers, à l'écoute de leurs besoins, le ville aide à l'organisation du retour à domicile des malades. 

Les associations de solidarité du territoire continuent leurs actions et sont fortement mobilisées en cette période. En lien avec elles, nous relayons leurs besoins sur une page dédiée du site de la ville et les accompagnons. Les personnes disponibles et s’en sentant capables peuvent se porter bénévoles pour les aider, en étant munies de l'autorisation de sortie dûment remplie et en respectant les mesures sanitaires et les gestes barrières essentiels : https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/tous-mobilises-tous-solidaires-3008 
C’est par ailleurs avec joie que je vois de nombreuses actions fleurir, à travers des associations, des groupes sur les réseaux sociaux, ou simplement des initiatives individuelles. Pantin est une ville solidaire, elle en fait la démonstration chaque jour en cette période !  

Suite à la fermeture des marchés, des initiatives ont émergé afin de permettre aux Pantinoises et aux Pantinois de s’approvisionner en produits frais. Cela est une bonne chose, tant que les consignes sanitaires sont strictement respectées, et cela permet aussi de soutenir les producteurs qui ont vu leurs débouchés se réduire dans le contexte actuel.
La Ville de Pantin, avec Ecobul et Marché sur l’eau a organisé une première vente de paniers de légumes et fruits frais hier : 200 paniers ont été distribués aux Courtillières et à côté d’Eglise de Pantin. Un répertoire des commerçants de la ville est également en cours afin de vous permettre très prochainement de faire vos courses alimentaires tout en soutenant nos commerces locaux. Pour ce qui concerne les supermarchés, un rappel des dispositions sanitaires indispensables a été fait par courrier aux enseignes de la ville, et des barrières mises à disposition pour faciliter la gestion des flux de personnes.

Autre sujet important : la propreté. Si la ville et Est Ensemble continuent d’assurer cette mission, elle se fait à effectifs réduits. Aussi je tiens à rappeler que toutes les bonnes volontés sont nécessaires et les petits gestes sont particulièrement importants en cette période : ne pas jeter de déchets par terre, ne pas laisser d’encombrants, emballer séparément les mouchoirs et lingettes désinfectantes, etc. Vous pouvez formuler un signalement nécessitant le passage spécifique des agents sur l’application dédiée à cette adresse : https://pratique.pantin.fr/parcs-et-jardins/signalement-espace-public. Enfin concernant la désinfection des rues, les derniers avis rendus par les autorités sanitaires tendent à démontrer qu’elle n’est pas conseillée aux collectivités voir considérée comme dangereuse. Aussi le nettoyage sera fait comme d’ordinaire avec une attention très particulière aux lieux les plus exposés. En revanche, conformément aux préconisations préfectorales, il n’y aura pas d’aspersion de javel ou autre désinfectant qui s’avère inutile et de surcroît dangereuse pour l’environnement.

Le confinement est aujourd’hui maintenu jusqu’au 15 avril prochain. Je sais combien cela est contraignant pour beaucoup, et difficile voir douloureux pour les plus précaires. Poursuivons notre effort collectif afin que nos soignants viennent à bout de cette épidémie désormais mondiale. Il est indispensable de respecter ce confinement qui pourrait être à nouveau prolongé, nous devons nous y préparer. C’est pourquoi il est tout aussi indispensable de maintenir le lien entre nous, avec nos proches, mais aussi avec les plus fragiles et les plus isolés. 

Prenez soin de vous et de vos proches, et retrouvons nous tous les soirs à 20h00 pour applaudir et soutenir celles et ceux qui nous permettront de sortir de cette pandémie. Et surtout : restons chez nous ! »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus/Tous mobilisés-Tous solidairesFacebook et Twitter.

Actions à destination des publics prioritaires, réorganisation de l'offre des Centres municipaux de santé (CMS), soutien aux initiatives de solidarité, fermeture des marchés forains et possibles alternatives..., le maire revient sur une semaine de service public de proximité.


« Chères Pantinoises, Chers Pantinois, 

Cette période est au combien difficile à vivre pour toutes et tous. Je tiens à faire part ici de notre immense gratitude envers le personnel médical qui se bat au quotidien pour notre santé. Je pense aussi à toutes celles et tous ceux qui sont mobilisés pour la continuité de nos services publics particulièrement les agents de la ville ainsi que les agents d’Est Ensemble, pour prendre soin de nos aînés, pour nous permettre de nous alimenter ou pour assurer notre sécurité. 

Je sais que la grande majorité d’entre vous respectent les règles sanitaires nécessaires à la lutte contre la propagation du Covid-19, et je vous en remercie. C’est avant tout en restant chez nous, en réduisant au maximum tous nos déplacements et toutes nos interactions que nous pouvons aider à sauver des vies. Cela est complexe, parfois douloureux, cela nécessite une grande rigueur individuelle et engendre des situations particulièrement critiques pour les plus fragiles qui se battent déjà suffisamment d’ordinaire pour vivre dignement leur quotidien.

A son échelle, la ville de Pantin fait tout son possible pour maintenir un service public minimum, de fait dégradé par l’injonction collective à limiter au maximum les déplacements et les contacts. Depuis le lundi 16 mars, les services de la ville de Pantin assurent uniquement les missions dites « essentielles », mettent en place des actions à destination des publics prioritaires (seniors et personnels soignants), et s’adaptent en continu aux dispositions gouvernementales. Au terme de cette deuxième semaine de confinement, je tenais à vous informer de cette organisation et des nouvelles dispositions.  

Comme cela avait été annoncé, depuis le 16 mars, les équipements municipaux sont fermés au public : crèches et haltes-jeux, centres de loisirs, ludothèque, antennes jeunesse, espaces restauration seniors, maisons de quartier, parcs, squares et jardins, équipements sportifs. Ces fermetures ont évidemment entraîné la suspension de tous les services et activités collectives s’y tenant habituellement. L’accueil au rez-de-chaussée du centre administratif est maintenu mais se fait dorénavant de 10h à 12h du lundi au vendredi. Le standard de la Mairie (01 49 15 40 00) est ouvert aux horaires habituels (8h30-12h30 et 13h30-17h30). Les rendez-vous à l'état-civil peuvent se faire lors des plages d'ouverture ou par prise de rendez-vous par téléphone. 

En matière d’action sociale et de santé, la ville maintient l’aide sociale en direction des plus modestes, le suivi des urgences en matière de péril (SCHS) et un accueil dans les Centres municipaux de santé (CMS). Les médecins de nos centres de santé ont été équipés en tablettes afin de permettre la télé consultation. Pour rappel, en cas de symptômes graves (essoufflement sévère), vous pouvez appeler directement le 15. Les agents de la ville poursuivent également, en effectifs réduits, les missions de propreté urbaine et interviennent face aux urgences bâtimentaires (dépannage, etc.). 

En matière de tranquillité publique ils assurent une surveillance de l’espace public et les interventions urgentes, ainsi que gardiennage des équipements fermés. A noter que jusqu’à nouvel ordre le stationnement est gratuit dans toute la ville. A certains endroits, le regroupement d'individus met à mal la stricte application des mesures de confinement. La Police municipale ainsi que la Police nationale sont mobilisées en permanence sur ces questions. L'appui d'une compagnie de CRS a permis de renforcer les effectifs. Néanmoins, je vous recommande d'appeler le 17, numéro du centre d'information et de commandement de la Police nationale, si vous êtes témoin d'un trouble à l'ordre public, tel que des regroupements non autorisés. 

En ce qui concerne les publics prioritaires, les personnels soignants et les seniors, ils bénéficient d’actions spécifiques. Qu’ils soient pantinois ou travaillant à Pantin, qu’ils exercent dans une structure publique ou libérale, et afin de leur permettre de participer à l’organisation des soins liés au Covid-19, les personnels soignants peuvent solliciter un accueil de leurs enfants en crèche et, en lien avec les enseignants de l’Education nationale, dans nos centres de loisirs (contact : soutien.soignants@ville-pantin.fr). Pour les se

niors et personnes en situation de handicap, l’aide à domicile et le portage des repas ont été renforcés auprès des personnes habituellement, mais aussi nouvellement, bénéficiaires (contact : ccas@ville-pantin.fr). 

En matière de solidarité, nous sommes en lien très étroit avec les associations caritatives du territoire particulièrement mobilisées. Quand ces associations le jugent utile, la ville relaie sur son site internet les besoins recensés. Aussi, la possibilité est donnée aux personnes disponibles et s’en sentant capables de se porter bénévoles, en étant muni de l'autorisation de sortie dûment remplie et en respectant les mesures sanitaires et les gestes barrières essentiels. 

Cette semaine, une nouvelle attestation de sortie a été mise en ligne. A celles et ceux qui possèdent encore plusieurs exemplaires de la précédente : elle demeure valide à condition que vous indiquiez l’heure de sortie à côté de la date. Toutes celles et tous ceux qui ont la possibilité de mettre à disposition des attestations auprès de leurs voisins sont invités à le faire. Certaines initiatives ont déjà eu lieu à Pantin, et c’est une bonne chose tant que cela se fait dans le respect strict des conditions sanitaires (pas de contact lors de la transmission). De la même façon, nous sommes tous encouragés à prendre des nouvelles des personnes que nous savons isolées. Les services de la ville s’activent auprès des personnes identifiées ou nouvellement signalées, les bailleurs de la ville se sont organisés également pour prendre régulièrement des nouvelles des locataires âgés et/ou isolés. 

Autre nouvelle disposition importante cette semaine, le 23 mars, le Gouvernement a pris la décision d’interdire jusqu’à nouvel ordre la tenue des marchés ouverts et couverts. Cela s'applique donc aux marchés Magenta, Olympe de Gouges et Église. Si la possibilité de dérogations a été évoquée lors de l’allocution du Premier ministre, celles-ci ne concernent pas la Seine-Saint-Denis et les territoires urbains en général. Le Préfet de Seine-Saint-Denis a précisé que le maintien d’un marché alimentaire ne se fait qu’à partir du moment où ce marché était le seul pourvoyeur de denrées alimentaires. Il a considéré que toutes les villes de Seine-Saint-Denis bénéficient d’un maillage commercial lié à l’alimentation suffisant pour ne pas avoir besoin des marchés.

Parce que nous devons soutenir nos agricultrices et nos agriculteurs, et permettre un maintien de l’approvisionnement en produits frais, j’ai demandé à ce qu’un travail soit effectué avec notre délégataire de service pour les marchés forains (la Somarep) afin qu’un service de livraison soit possible avec les forains volontaires. Dès lors que ce système sera prêt, les informations seront diffusées sur les canaux habituels de la ville de Pantin (site internet, réseaux sociaux). Les AMAP et associations du même type (Marché sur l’eau, Ruche qui dit Oui, Corto, etc.) assurant des distributions de paniers alimentaires préalablement conçus et réservés, sont autorisées à maintenir leurs activités sous réserve d’un strict respect des mesures sanitaires et de l'application des gestes barrières.

Par ailleurs, la ville est en lien avec les supermarchés du territoire pour les accompagner dans l’organisation d’une meilleure gestion des flux de personnes faisant leurs courses (mise à disposition de barrières par exemple). 

Depuis plusieurs jours, une interrogation porte sur la mise en place d’un couvre-feu, cette mesure est du ressort du seul préfet aussi il a été précisé que toute initiative municipale en la matière serait cassée. En revanche, depuis le 25 mars, à la demande de plusieurs maires dont je fais partie, les commerces, à l’exception des pharmacies, doivent être fermés à 21h00 et ne peuvent rouvrir qu’à 6h00 le lendemain. Cela permettra de mieux appréhender les personnes qui, de manière totalement inadmissible, ne se plient pas au confinement au risque de faire perdurer la pandémie en nous mettant tous en danger. C’est dans ce cadre que le législateur a choisi de renforcer les possibilités de verbalisation par la police municipale en leur permettant de délivrer des contraventions de 4e classe (135€) et de 5e classe (1 500€) en cas de récidive.

Nous l’avons tous compris, le confinement décidé par le Gouvernement pour lutter contre la propagation de ce virus est amené à être prolongé. Cela signifie donc que les services publics et tout ce à quoi nous étions habitués est amené à fonctionner en « mode réduit », sur un temps plus long, et ce malgré une mobilisation admirable des agents de la ville de Pantin notamment. Il est capital de respecter le confinement. Il est tout aussi capital de permettre le lien entre nous. S’il nous a fallu apprendre à nous déplacer que lorsque cela est absolument nécessaire, il nous faut tout autant apprendre et veiller à maintenir les contacts entre nous. Personne n’en voudra à quelqu’un de prendre de ses nouvelles et de l’aider par le dialogue à temporiser ce moment singulier.

Dès aujourd’hui, le site internet de la Ville permet à celles et ceux, disponibles et s’en sentant capables, de prendre contact avec des associations ou des institutions pour donner du temps et aider autant que possible dans cette période de confinement en se connectant à cette adresse : https://www.pantin.fr/la-ville/en-ce-moment/tous-mobilises-tous-solidaires-3008.

Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues : en restant chez soi au maximum d’abord, en prenant soin de ses proches et des plus fragiles dans le cadre des mesures sanitaires, mais aussi en facilitant le travail de ceux qui demeurent engagés en matière de santé, d’approvisionnement alimentaire, de sécurité ou encore de propreté. Je tiens à nouveau à les remercier sincèrement. 

Prenez soin de vous et de vos proches, et retrouvons nous tous les soirs à 20h00 pour applaudir et soutenir celles et ceux qui nous permettront de sortir de cette pandémie. »

Bertrand Kern
Maire de Pantin 


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus/Tous mobilisés-Tous solidaires, Facebook et Twitter.

Alors que les mesures gouvernementales pour limiter l’épidémie de Covid-19 contraignent l’ensemble des activités et déplacements individuels et collectifs, le maire de Pantin, Bertrand Kern, s’adresse aux Pantinois.


« Pantinoises, Pantinois,

En cette période toute particulière, je souhaite vous informer à nouveau des mesures prises par la Ville, conformément aux dispositions gouvernementales, pour lutter contre la propagation du Covid-19. Aussi, seules les activités essentielles dans cette période sont maintenues, la plupart des équipements municipaux sont fermés, les activités collectives sont suspendues, et des actions sont mises en place pour les publics prioritaires (seniors et personnels soignants).

  •  Sont maintenus (dans les modalités détaillées sur le site de la ville) :
    Au niveau du service social et de la santé : accueil social maintenu a minima, suivi des urgences en matière de péril (SCHS), accueil restreint dans les Centres municipaux de santé (CMS).
    Au niveau du cadre de vie : la propreté urbaine et les urgences bâtimentaires (dépannage, etc.)
    Du point de vue de la relation aux usagers : accueil a minima au rez-de-chaussée du centre administratif, et démarches d’état civil.
    En matière de tranquillité publique : surveillance de l’espace public et interventions urgentes, ainsi que gardiennage des équipements fermés. A noter que le stationnement devient gratuit dans toute la ville.
    Les marchés sont maintenus mais soumis à des règles de régulation et des distances de prévention.
  • Les équipements municipaux sont pour la plupart fermés au public : crèches et haltes-jeux, centres de loisirs, ludothèque, antennes jeunesse, espaces restauration seniors, maisons de quartier, parcs, squares et jardins, équipements sportifs.
  • Les activités collectives sont suspendues ou annulées : séjour vacances de printemps, activités sportives Émis, activités collectives des maisons de quartier, activités / ateliers / sorties / repas collectifs proposés aux seniors, spectacles et manifestations.
  • Enfin sont prévus pour les publics prioritaires : 

Avec les responsables des services de la ville, nous faisons des points très réguliers pour nous adapter aux dispositions gouvernementales et maintenir au mieux la continuité des missions essentielles de la Ville. Chaque fois que cela est nécessaire, une mise à jour est diffusée sur le site et les réseaux sociaux de la ville. Je tiens ici à rappeler toute ma reconnaissance envers les agentes et agents municipaux mobilisés.
On ne le dira jamais assez : restons chez nous. Si quelques sorties sont autorisées pour subvenir au strict nécessaire, sous réserve de remplir et garder sur soi l’attestation relative, elles doivent être limitées au maximum pour ne pas favoriser la propagation du virus. Les forces de police sont mobilisées, mais nous le savons toutes et tous, limiter la propagation du virus repose avant tout sur notre responsabilité individuelle.

Je compte sur vous, et vous souhaite bon courage à toutes et tous. J’ai une pensée toute particulière pour les personnels soignants, mais aussi pour toutes celles et tous ceux qui continuent à être mobilisés, qu’ils travaillent dans les services de propreté, la distribution alimentaire, qu’ils soient aux côtés des enfants des soignants ou des personnes isolées. A tout à l’heure, à 20h, depuis nos fenêtres, pour les applaudir chaleureusement ! »

Bertrand Kern
Maire de Pantin


L’info au quotidien sur la page Fil info / Les dernières actus, FacebooketTwitter.