© DR 

Déplacements et stationnement

Aménagement de l'avenue Jean-Jaurès (ex RN2)

Publié le

Le coup d’envoi du chantier de transformation de l’avenue Jean-Jaurès (ex-RN2 et actuelle RD932), qui relie la porte de La Villette au Bourget, via Pantin, Aubervilliers et La Courneuve, vient d’être donné par le département. L’objectif ? Pacifier la circulation routière, faciliter les mobilités douces et verdir un axe routier grisâtre, issu d’un autre temps.
Article de Guillaume Gesret, publié dans Canal n°284, décembre 2019.

La transformation de l’ex-RN2 ouvre un boulevard

Exit le tout-voiture de l’ancienne route des Flandres. Place à la création d’un véritable boulevard métropolitain, doté de places de stationnement, de pistes cyclables protégées et de larges trottoirs où il sera agréable de se promener. Ce projet, porté par le département de la Seine-Saint-Denis qui en a fait un axe fort de son plan Mobilités durables, vient de débuter. La première phase du chantier s’étalera sur environ un an et permettra le réaménagement en profondeur de l’avenue Jean-Jaurès, entre la rue Édouard-Renard et l’avenue de la Division-Leclerc (station de métro Fort d’Aubervilliers).
Ces travaux, dont la vocation est de redonner un caractère urbain à un axe aujourd’hui très routier moyennant un investissement évalué à 3,1  millions d’euros pour le premier tronçon, entraîneront une diminution de la surface des voies dédiées aux voitures, la suppression des îlots centraux bétonnés, la rénovation de l’éclairage public, la création de pistes cyclables et de nouvelles zones de stationnement. À l’issue des travaux, la vitesse sur l’avenue sera même limitée à 30 kilomètres heures.

Trottoirs élargis et bandes plantées
La ville, sollicitée pour son expertise sur le mobilier urbain, participe aussi financièrement à l’opération. Elle contribue en effet, à hauteur de 30 000 euros, à l’acquisition de matériaux plus qualitatifs que ceux qui ont été pré-sélectionnés par le conseil départemental. Il est par exemple prévu d’installer des bordures en granit (plutôt qu’en béton) pour les trottoirs agrandis et d’adjoindre une végétation basse et des bandes plantées aux arbres qui seront prochainement mis en terre par le département.
Il faut dire que la transformation de cet axe routier – déjà surnommé le boulevard olympique, dans la mesure où il devrait permettre en 2024 de relier le village des médias du Bourget au parc de La Villette – a vocation à faciliter la fin de la requalification urbaine des Courtillières, laquelle passe par la construction et la vente, d’ici à 2021, de 370 nouveaux logements le long de l’ex-RN 2 et de la rue Édouard-Renard. 
Sur un terrain de 20 000 m2, huit bâtiments de quatre à six étages sont en cours de construction dans le cadre du programme d’accession à la propriété Les Pantinoises piloté par la Semip (Société d’économie mixte immobilière de Pantin). Ces immeubles bénéficieront d’un square de 950 mqui donnera sur la rue Édouard-Renard... et donc sur un boulevard urbain rénové et verdoyant.

Un chantier, trois phases  
• 2019-2020 :  Transformation en boulevard urbain de la partie située entre la rue Édouard-Renard, à Pantin, et la station de métro Fort d’Aubervilliers.
• 2020-2022 : Aménagements réalisés sur le tronçon situé entre le fort d’Aubervilliers et l’église Sainte-Marthe, à Pantin.
• 2022-2024 : Transformation du tronçon situé entre l’église Sainte-Marthe et la porte de La Villette.